Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Land Rover LR2 2008 : essai

Land Rover LR2 2008 : essai

Par ,

La taille n'a peut-être pas autant d'importance qu'on pourrait le croire. Un adage qui, selon votre intérêt, pourrait se rapporter à bon nombre de sujets. Mais vous l'aurez compris, ô vous esprit tordu, il ne s'agit ici que d'automobile et d'un proverbe qui s'applique à merveille au tout nouveau Land Rover LR2, le plus petit de la famille.

Vous l'avez probablement lu dans notre match comparatif de juillet dernier, c'est le LR2 qui s'est révélé le grand gagnant d'un combat opposant pourtant des purs et durs du hors route. Dans le cas du Land Rover, c'est plutôt sa polyvalence, son style et son équilibre d'ensemble qui lui a valu la victoire. Un équilibre qu'on ressent chaque fois qu'on s'assied derrière le volant du petit utilitaire sport d'origine britannique.

Le LR2, vainqueur de notre match comparatif hors route.

Un design inspiré

En partant du principe que j'ai toujours aimé les lignes plutôt carrées de tous les modèles Land Rover, c'est sans surprise que vous aurez compris que j'admire beaucoup ce petit LR2. Remplaçant du tristement célèbre Freelander, qui a fortement contribué à la déchéance de la réputation de Land Rover, le LR2 est devenu plus carré, mais a réussi à allier des lignes plus souples. Un petit miracle de design que je ne saurais expliquer.

Il reprend ainsi les lignes propres à la famille, se rapprochant dangereusement des Range Rover sport, par exemple. Seul compromis à son prédécesseur, il conserve la partie avant inclinée, plus racée et probablement plus aérodynamique.

Ces nouvelles dimensions permettent également d'agrandir considérablement l'espace intérieur. Ainsi, il est maintenant tout à fait exact de dire qu'un petit LR2 peut transporter cinq passagers (ceux qui ont tenté l'expérience dans un Freelander comprendront la nuance) sans compromis sur le confort.

Le dégagement à l'avant comme à l'arrière est impressionnant, et permet même de transporter avec soi son équipement complet de camping. Puisque tout le monde le sait, les acheteurs de Land Rover sont d'irréductibles amateurs de plein air, toujours prêts à coucher à la belle étoile...

Note négative, par contre, même si le tableau de bord est nettement mieux réussi que celui du LR3, il subsiste un espace creux au centre de la planche de bord et dont la présence est inexplicable. On a beau dire qu'il devrait abriter le système de navigation par satellite, il vient quasi défigurer l'ensemble.

Le creux occasionné par l'absence du système de navigation n'est pas du plus bel effet.