Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Lexus IS 250 2010 : essai routier

Lexus IS 250 2010 : essai routier

Délicieuses performance et propulsion Par ,

La IS 250 se veut la berline sport de luxe d’entrée de gamme au sein de la famille Lexus. Offrant de la place pour cinq passagers, elle mise sur un moteur V6 et un système d’entraînement à roues motrices arrière.

Plus axée sur la performance que la ES 350
J’ai testé successivement les Lexus ES 350 et IS 250, ce qui m’a permis de bien comparer leurs qualités et leurs défauts. J’ai mentionné dans mon compte rendu de la ES qu’elle mettait davantage l’accent sur le confort et mon essai routier de la IS n’a fait que renforcer ce constat.

La IS 250 se veut la berline sport de luxe d’entrée de gamme au sein de la famille Lexus. (Photo: Auto123.com/Rob Rothwell)

La Lexus IS 250 2010 est un modèle qui cible une clientèle totalement différente de sa grande sœur. Elle plaît à ceux pour qui la définition d’agrément de conduite implique une tenue de route sportive au lieu d’un roulement paisible et confortable.

Lignes agressives
Son caractère «juvénile» (faute d’un terme plus approprié) saute aux yeux dès le premier contact. Esthétiquement, la IS 250 propose une interprétation plus audacieuse du concept de design «L-Finesse» de Lexus. Mon modèle d’essai arborait des jantes en alliage de 18 pouces enveloppées de pneus haute performance qui remplissaient merveilleusement les passages de roues aux ailes élargies.

Une silhouette saillante et une ceinture de caisse élevée complètent la description générale de l’extérieur. La carrosserie se révèle si aérodynamique que le coefficient de traînée de la voiture affiche seulement 0,274. En outre, le groupe Sport F de mon exemplaire ajoutait une calandre et un aileron au design exclusif dans le but de rehausser l’image de performance de cette Lexus.

Du sérieux à l’intérieur
Le décor intérieur privilégie définitivement la sportivité avant le luxe et l’élégance. Le poste de pilotage ressemble beaucoup plus à un cockpit que celui de la ES 350, qui a plutôt l’air d’un petit salon huppé. En se glissant dans le siège aux appuis massifs, on jouit d’une position de conduite sécuritaire et d’un contact étroit avec la machine.

Le poste de pilotage ressemble beaucoup plus à un cockpit que celui de la ES 350. (Photo: Rob Rothwell/Auto123.com