Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mazda CX-9 GT 2008 à TI : essai à long terme (partie 2)

Mazda CX-9 GT 2008 à TI : essai à long terme (partie 2)

Gros c'est beau Par ,

Nous avons cumulé plus de 9 000 kilomètres sur le CX-9 et nous avons dû le renvoyer à la maison. Mais durant ce temps, ce VUS a permis que certains préjugés disparaissent : un gros véhicule est maladroit et lent, par exemple. Par contre, il reste un véhicule qui consomme beaucoup de carburant.

Mazda a réussi à créer un VUS intermédiaire vraiment amusant à conduire.

Il y a un certain temps que le Mazda nous a quittés, et nous sommes un peu en retard à vous livrer ce deuxième rapport de l'essai à long terme, nous l'admettons. Mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais.

Surprise numéro un : bonne tenue de route
Amis, famille et collègues ont eu leur tour derrière le volant du CX-9. Ils y ont fait monter leurs enfants, ont fait des voyages et ont testé le véhicule au quotidien tout en prenant des notes. Et même si nous avons eu de la difficulté à relire certains rapports, un point ressortait de façon récurrente: Mazda a réussi à créer un VUS intermédiaire vraiment amusant à conduire. Le CX-9 offre une expérience de conduite dynamique, une chose que nous, les journalistes, avons eu du mal à croire lorsque le véhicule a été présenté au salon de New York en 2006. Le gros Mazda a attiré des louanges pour sa conduite facile.

Quelques personnes se sont plaintes de s'être cogné la tête à plusieurs reprises en embarquant : c'est à cause des piliers A très inclinés qui provoquent également des angles morts vers l'avant.

Le CX-9 a reçu de bonnes notes pour le confort des sièges à l'avant et à l'arrière, et une personne a été particulièrement impressionné par la position de conduite du VUS. Les sièges de la 3e rangée ont subi des sarcasmes, par contre, et un commentaire trouvé parmi les notes a bien résumé l'évaluation globale de la banquette arrière : « Est-ce que ce siège a été conçu pour des humains ? »

Surprise numéro deux : pas lent
Le V6 de 3,7 litres du CX-9 développe 273 chevaux, et il a été considéré plus que suffisant pour déplacer ce VUS. Les essayeurs ont été surpris de constater la rapidité des décollages à bord du gros Mazda; le V6 est suffisamment puissant pour les dépassements, et la boîte de vitesses automatique à 6 rapports en gère bien la puissance.

Même si le système de transmission intégrale fonctionne sans intervention du conducteur, une famille en particulier était contente d'avoir choisi ce VUS pour se diriger vers le chalet un vendredi soir particulièrement enneigé. Le CX-9 les a amenés à leur destination en toute confiance. De plus, ils disposaient d'un espace plus que suffisant pour trimbaler leurs effets personnels.

Le système à TI du CX-9 favorise les roues avant, mais peut envoyer jusqu'à 50 % de la puissance disponible vers le train arrière quand une perte d'adhérence est détectée. Un CX-9 à traction est également offert.

Le V6 de 3,7 litres a été considéré plus que suffisant pour déplacer ce VUS.