Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mazda CX-9 GT 2011 : essai routier

Mazda CX-9 GT 2011 : essai routier

Un petit banlieusard séduisant Par ,

Les voitures familiales sont couramment insipides. Sans vouloir insulter quelque constructeur que ce soit, évidemment, mais quand on propose un véhicule familial pratico-pratique pour 2,45 enfants, nous pouvons nous attendre à quelque chose d’un peu banal. Des styles fades aux habitacles plus fonctionnels que divertissants, on se laisse difficilement emporter par le transporteur moyen.

Jusqu’à maintenant.

Le Mazda CX-9 se veut un véhicule racé et presque svelte. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)

Je réalise que dernièrement, je n’ai pratiquement que du bon à dire de Mazda, et il doit y avoir une raison. Ah oui, c’est parce que ses voitures sont aussi belles qu’utiles. Quand Mazda crée une voiture, elle a un objectif en tête (contrairement à plusieurs constructeurs), et on le voit. À preuve : le Mazda CX-9 GT 2011.

Réglons d’abord la question « pratique ». Oui, ce mignon VUS accueille sept personnes. Et je parle de sept adultes matures (eh oui, nous en avons fait l’essai). La dernière rangée se rabat avec une aisance déconcertante, et même avec les deuxième et troisième rangées en place, le coffre contient toujours 487 litres. Ajoutez une transmission intégrale, et vous obtenez la totale.

Et il a l’air de quoi, me demandez-vous? Sept places? Il doit faire dur en arrière : gros, bulbeux, carré, bof. Mais vous auriez tort. En effet, le Mazda CX-9 se veut un véhicule racé et presque svelte qui dissimule très bien la troisième rangée optionnelle derrière un carénage arrière, en parfaite harmonie avec le reste de la carrosserie. Un aileron subtil coiffe la lunette, et les deux embouts d’échappement rectangulaires renvoient à la forme des feux arrière, conférant au CX-9 un look uniforme qui séduira à tout coup.

À l’avant, le CX-9 esquisse le fameux sourire mazdaïen avec une pointe de raffinement, ouvrant discrètement les lèvres. Des phares minces et angulaires évoquent son petit côté sport, et des plis quasiment invisibles sur le capot témoignent de sa nature rapide. Avec un maintien athlétique et une croupe légèrement surélevée, le CX-9 donne l’impression d’un transporteur familial plutôt fringant.

Derrière le volant, cette impression se concrétise. Avant de me pencher sur l’habitacle follement contemporain et racé, parlons de la dynamique de conduite et des données techniques. Avec le CX-9, Mazda vient de prouver qu’un VUS n’est pas forcément ennuyant et qu’il peut malgré tout offrir une superbe expérience de conduite à ses heures.

À l’avant, le CX-9 esquisse le fameux sourire mazdaïen avec une pointe de raffinement, ouvrant discrètement les lèvres. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)