Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mazda MX-5 GS 2007 : essai

Mazda MX-5 GS 2007 : essai

Par ,

Toit souple ou rigide? Telle est la question

Y a-t-il quelque chose de plus agréable que de se promener les cheveux au vent par une chaude journée ensoleillée de l'été, en compagnie de notre douce moitié? Si vous avez répondu non, c'est sûrement parce que vous possédez un cabriolet ou un roadster et que vous avez déjà eu la chance de vivre une telle expérience inoubliable.

Mazda connaît un succès monstre avec son petit roadster, à tel point qu'elle a décidé d'incorporer dans chacun de ses autres modèles une petite dose de Miata, au grand plaisir des amateurs de la marque.

Le petit roadster séduit une clientèle grandissante depuis ses tout débuts.

La compagnie a toujours eu une vision et une approche avant-gardistes. De la Cosmos à la RX-8, toutes ses voitures sans exception mettent l'accent sur le plaisir de conduire. Au fil des décennies, Mazda a gagné beaucoup de notoriété pour cette raison, en particulier au Québec où ses concessionnaires écoulent leurs inventaires à vue d'oeil.

Un intérieur plus accommodant
Récemment redessinée pour sa troisième génération (2005), la Mazda MX-5 est aussi ronde et sexy que la Miata originale. Ses dimensions extérieures accrues sont surtout appréciées par ses occupants. Alors que le dégagement pour la tête, les coudes et les jambes était autrefois quasi inexistant, il est aujourd'hui assez généreux pour se délier les jambes lors des longs voyages. Par surcroît, le tableau de bord de la nouvelle MX-5 est moins proéminent, ce qui accentue l'impression d'espace.

Les merveilleux sièges offrent autant de support qu'auparavant et, jumelés à un volant inclinable, la position de conduite optimale est plus facile à trouver. On retrouve toujours un bon nombre de (petits) compartiments de rangement, tandis que le coffre est d'un volume relativement pratique, surtout comparé à celui de certains compétiteurs.

Tout ceci étant dit, je ne suis pas si sûr d'aimer cette nouvelle configuration. Ne doit-on pas souffrir un peu physiquement pour profiter pleinement de la conduite d'un roadster? J'en arrive à croire que la MX-5 est un peu trop clémente à l'endroit de ses passagers, comme un soulier qui serait une pointure trop grande. Étrangement, je pense que je m'ennuie du temps où je sentais mon corps complètement fusionné à la Miata. D'autre part, je n'avais jamais vraiment remarqué à quel point les porte-gobelets intégrés aux portières me rentrent dans le genou lorsque j'effectue un virage prononcé.

Choix de deux toits
En 2007, Mazda a adhéré à la mode des toits rigides rétractables. Tout comme les BMW Série 3, Volvo C70, Chrysler Sebring, Volkswagen Eos et quelques autres cabriolets (surtout européens), la MX-5 offre le meilleur des deux mondes: se faire bronzer la tête l'été et pouvoir rouler même en hiver.

Le toit rigide rétractable à commande électrique est nouveau pour 2007.