Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mazda2 GS 2012 : essai routier

Mazda2 GS 2012 : essai routier

Plus impressionnante sur la route que sur papier Par ,

La Mazda2 sous-compacte est arrivée sur la scène canadienne il y a à peine deux ans, pourtant on dirait qu’elle fait partie du paysage depuis beaucoup plus longtemps.

Le fait qu’on offre la dernière génération de la 2 en Europe depuis quelques années y est sans doute pour quelque chose. Elle y a reçu beaucoup d’attention bien méritée et les rumeurs de son arrivée en Amérique du Nord, qui ont pris trois ans à se concrétiser, ont également nourri nos attentes.

La Mazda2 2012 s’oppose à de féroces concurrentes : les toutes nouvelles Hyundai Accent, Kia Rio et Chevrolet Sonic, plus puissantes et mieux équipées. Sur papier, la 2 n’inspire pas trop, mais elle brille néanmoins à certains égards importants.

Pas une championne de la consommation
D’abord, son modeste rendement de 100 ch et 98 pi-lb de couple, une gracieuseté du quatre-cylindres en ligne de 1,5 litre et 16 soupapes, ne fait pas le poids contre les 138 ch de la Rio, ni les 135 ch de la Sonic. Oui, la 2 pèse environ 90 kilos de moins qu’elles, par contre un peu de muscle supplémentaire ne ferait certainement pas de tort.

À seulement quatre rapports, il manquerait deux engrenages à la boîte automatique optionnelle par rapport à plusieurs autres modèles, la consommation d’essence en souffre. D’un autre côté, le moteur ne produit pas beaucoup de couple à bas régime : avec une boîte à six rapports, la 2 pourrait sembler paresseuse… ce qu’on veut éviter à tout prix. À 100 km/h, le moteur tourne à 2 500 tours.

En parlant de consommation, la Mazda2 automatique affiche des cotes de 7,1 et 5,8 L/100 km, en ville et sur la route, respectivement. Nous avons brûlé plus d’essence que prévu, soit 7,7 L/100 km en moyenne; il y a, par ailleurs, une différence considérable entre conduire à 80 km/h et à 100 km/h (1.5 L/100 km, voire plus). Ironiquement, la Mazda3, plus grosse et animée par un moteur SKYACTIV, s’avère plus économique.

La Mazda2 profite tout de même d’un rapport de direction rapide qui en fait une petite voiture des plus maniables. La suspension et les pneus se débrouillent très bien sur les bretelles d’autoroute et, malgré sa faible puissance, la 2 demeure un des modèles les plus emballants de la catégorie, surtout avec la boîte manuelle à cinq rapports.

Un chic habitacle
Ses rivales fraîchement redessinées font preuve d’une construction grandement améliorée et à ce chapitre, la Mazda2 tient aisément son bout. La console centrale simple est à portée de la main, le volant semble sorti tout droit d’une Mazda6 et le passepoil rouge sur le tissu texturé des sièges de notre GS créait une ambiance sportive.

On a droit à un habitacle plutôt spacieux malgré les dimensions extérieures restreintes, même à l’arrière. Si la banquette offre un dégagement adéquat pour les jambes et la tête, trois adultes y seront à l’étroit.

Le coffre de 377 litres se veut également très respectable, et en rabattant les sièges arrière, il grimpe à 787 litres. En revanche, s’il vous faut beaucoup d’espace de chargement, vous feriez peut-être mieux de jeter un coup d’œil à la Nissan Versa ou à la Honda Fit.

Des reproches? Il n’y a pas d’accoudoir central à l’avant, une chose qui m’est indispensable. Le volant n’est pas télescopique et la chaîne sonore ne comprend pas de prise USB, contrairement à de plus en plus de concurrentes sur le marché. Enfin, il faut faire installer l’interface Bluetooth par le concessionnaire et on n’obtient qu’une seule télécommande; la deuxième coûte environ 250 $.

Liste de commodités anémique
La Mazda2 GS 2012 automatique affiche une étiquette de 19 295 $, somme pour laquelle on acquiert un climatiseur, des rétroviseurs chauffants, des antibrouillards, des jantes en alliage de 15 pouces, un régulateur automatique de vitesse, des vitres électriques, un ordinateur de route, un volant gainé de cuir avec commandes audio et six haut-parleurs.

À titre de comparaison, pour le même montant on peut mettre la main sur une Kia Rio EX cinq-portes avec de plus grosses jantes, un toit ouvrant électrique, un volant télescopique, des sièges avant chauffants et le système Bluetooth. Pour un prix semblable, la Ford Fiesta SE à hayon ajoute des sièges avant chauffants et l’interface multimédia SYNC. Bref, la Mazda2 pourrait offrir quelques raffinements de plus pour tenir tête à ses concurrentes.
 
Tout comme la Honda Fit, la Mazda2 doit composer avec une adversaire inattendue, la Mazda3. Au moment d’écrire ces lignes, la 3 proposait un taux d’intérêt plus bas que la 2. Traduction : on obtient une voiture plus grande et plus puissante pour seulement 15 $ de plus par mois. Un choix difficile...

En gros, la Mazda2 est une petite voiture solide, honnête et emballante. Même s’il ne s’agit pas du modèle le plus puissant, économique ou spacieux de la catégorie, le tout vaut plus que la somme de ses différentes composantes. Espérons qu’elle passera sous le bistouri magique de SKYACTIV très bientôt.

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Mazda 2 2012
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Mazda 2 GS 2012
    Mazda 2 GS 2012
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article