Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mazda5 GT 2012 : essai routier

Mazda5 GT 2012 : essai routier

On ne change pas une formule gagnante Par ,

On l’a déjà entendue celle-là. Lorsqu’un produit devient un succès commercial, on ne doit pas le gâcher. Certaines choses peuvent être vendues sans changement jusqu’à la fin des temps, mais d’autres doivent démontrer de la nouveauté et de la fraîcheur sans dériver du concept original.

Les raisons expliquant pourquoi des gens se sont acheté une Mazda5 sont évidentes : les minifourgonnettes conventionnelles d’aujourd’hui sont rendues trop grosses, trop dispendieuses et consomment trop de carburant. Et n’oublions pas que personne ne veut se faire voir à leur volant.

Une Mazda5, en contraste, constitue ce qu’on pourrait appeler une microfourgonnette. Elle offre de la place pour six, elle se conduit comme une voiture normale et est équipée d’un moteur à 4-cylindres économique. Tout cela à un prix raisonnable. Bon, elle a quand même un petit air de minifourgonnette.

Pour les raisons mentionnées ci-haut, la Mazda5 2012 représente une évolution plutôt qu’un design totalement repensé. La firme japonaise a résisté à la tentation de l’engraisser ou de la changer radicalement, ce qui résulterait en une aliénation des clients cherchant à répéter leur achat.

Visuellement, la 5 conserve sa forme de base, mais gagne une nouvelle carrosserie. Les flancs de la microfourgonnette profitent du langage de design Nagare de Mazda et disposent de vagues ondulées s’étendant des portes avant jusqu’aux feux arrière. Ces derniers ne s’intègrent plus aux piliers arrière, ce qui réduit l’apparence de fourgonnette quelque peu.

La partie avant inclut maintenant la fameuse calandre souriante de Mazda, ainsi que des lignes de caractère qui naissent sous la grille pour ainsi s’élancer par-dessus les passages de roues. Le pare-chocs arrière arbore une garniture inférieure foncée pour complémenter le look plus sportif. La distinction avec le modèle 2010 (il n’y a pas de 2011) ne vous coupera pas le souffle, par contre le nouveau style du véhicule affiche une amélioration appréciée.

Sous le capot, la Mazda5 obtient le même changement de moteur que la 3. Le 2,3 litres disparaît au profit d’un 4-cylindres de 2,5 litres moins gourmand en essence, quoique le rapport final plus bas puisse bien en être le seul responsable. Notre moyenne de 9,3 L/100 km durant un voyage aller-retour au New Hampshire pour Noël reste appréciable, toutefois on s’attendait à descendre sous les 9 litres. À 100 km/h, le compte-tours indique 2 200 tr/min.

Le plus gros moteur ne gagne que 4 chevaux, passant de 153 à 157, alors que le couple grimpe de 148 à 163 livres-pied. Des petites améliorations qui ne nous incitent pas à sabrer le champagne, néanmoins la Mazda5 n’a pas besoin d’agir comme un bolide non plus. Le modèle 2012 avec la boîte automatique à 5 rapports effectue le 0-100 km/h en 9,8 secondes.

Les composantes de la suspension et de la direction restent inchangées dans la nouvelle Mazda5, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Cette microfourgonnette n’est vraiment pas une corvée à conduire, exhibant une direction précise et de bons réflexes sur la grande route. Selon Mazda, le taux de tarage des ressorts a été augmenté, donc raffermis afin de procurer une meilleure stabilité à haute vitesse, quoiqu’on n’ait pas ressenti de réelle différence à cet égard.

Par rapport à une Mazda3, cependant, vous sentirez le centre de gravité plus élevé appliquant de la pression sur la roue extérieure arrière dans les courbes, bien qu’en général, la Mazda5 respecte la promesse de la marque en offrant une conduite dynamique.

Ce qui n’a également pas changé, c’est une des plus grandes vertus de la 5. La polyvalence indéniable des portes latérales coulissantes signifie que les enfants peuvent facilement embarquer et débarquer sans accidentellement accrocher les véhicules avoisinants dans le stationnement chez McDonald. Le toit élevé vous permet aussi de boucler les ceintures des ti-mousses sans vous casser le dos.

Grâce à l’efficacité de design intérieur, les sièges capitaine de deuxième rangée coulissent et se rabattent pour maximiser l’espace de chargement. Des petits objets de valeur peuvent être dissimulés sous leurs coussins de siège. La banquette de troisième rangée s’avère idéale pour des enfants, mais des adultes consentants peuvent y prendre place pour des courts trajets.

La Mazda5 peut non seulement accueillir quatre adultes et deux enfants confortablement, elle peut aussi transporter tous les cadeaux de mon fils et de ma fille à la maison. Le hayon s’ouvre à un niveau plus élevé que dans l’ancien modèle, ce qui est bien, et sa légèreté permet même aux demoiselles de l’agripper et de le fermer facilement. Je ne sais toujours pas où mettre toutes leurs bébelles dans la maison, en revanche je les ai toutes rapportées pendant le voyage.

La 5 inclut également un tableau de bord et un volant redessinés, qui ressemblent beaucoup à ceux que l’on retrouve dans la Mazda3. La garniture argentée de la console centrale disparaît, mais les molettes intuitives du système de climatisation demeurent. Ma conjointe préfère ce nouveau style à l’ancien, et moi aussi, seulement nous trouvons encore les piliers A un peu trop larges.

Le lecteur de CD obtient finalement la compatibilité des fichiers MP3, or, Mazda garde toujours son retard sur la concurrence en omettant d’insérer un port USB, alors que les autres marques en intègrent un dans leurs chaînes audio. Notre GT d’essai inclut la lecture audio en continu par l’entremise de Bluetooth, toutefois, qui pige dans la musique entreposée dans mon Blackberry. Je préfère quand même simplement brancher une clé USB.

De plus, les haut-parleurs arrière sont situés dans l’aire de chargement, et se faisaient étouffer par tout le stock qu’on transportait durant le voyage. Les enfants se plaignaient que la musique ne jouait pas assez fort aux places arrière. Tant pis.

Le tarif de base pour une Mazda5 GS 2012 s’élève à 21 795 $. La hausse de 1 300 $ par rapport à l’équivalent 2010 se justifie par l’ajout du climatiseur et des systèmes antipatinage et contrôle de stabilité, maintenant tous de série au lieu d’être offerts en option. La version GT à boîte automatique que nous avons conduite coûte 25 595 $, excluant taxes, transport et préparation. En passant, un système de navigation n’est plus proposé.

En comparaison, seule la Kia Rondo constitue une vraie rivale à la Mazda5 en ce moment : un modèle EX avec équipement similaire coûte 25 445 $. Ah, mais Ford vient d’annoncer la venue en Amérique de sa C-Max à sept passagers qui, étrangement, ravit les gens de Mazda Canada : selon eux, plus il y a de modèles pour concurrencer la Mazda5, plus les gens réaliseront à quel point ce type de véhicule demeure pratique. C’est logique.

Les propriétaires actuels de Mazda5 doivent-ils tout lâcher et se précipiter chez le concessionnaire pour s’acheter le modèle 2012? Pas tout à fait, quoique s’ils sont satisfaits de leur 5 de première génération et le temps est venu de la changer, la nouvelle 5 inclut des améliorations pour les garder heureux.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Mazda 5 2012
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Mazda 5 GT 2012
    Mazda 5 GT 2012
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article