Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mazda6 GS-I4 Confort 2010 : essai routier

Mazda6 GS-I4 Confort 2010 : essai routier

Du style avant tout! Par ,

On ne verra probablement jamais un taxi Mazda6. Ça ne ferait pas sérieux! À moins que le personnage de l’acteur français Samy Naceri n’en choisisse une pour remplacer sa Peugeot adorée dans une prochaine itération du film « Taxi »! Je rêve...

La Mazda6 GS 4-cylindres est le modèle de base de cette gamme de berlines intermédiaires. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Non. Un taxi se doit d’être massif et d’avoir l’allure d’une voiture d’occasion! La Mazda6, elle, paraîtrait trop racée, trop moderne, pour ça!

Sa silhouette élancée donne une impression de puissance. Pas surprenant, puisqu’elle rappelle la RX-8. Il suffit de l’observer de trois-quarts arrière pour reconnaître les ailes avant en saillie, qui semblent se détacher du capot, la ligne de caisse en delta et ce léger renflement au niveau des ailes arrière.

Même les optiques avant en forme de goutte d’eau rappellent celles du coupé à moteur rotatif, dont le coefficient de traînée (0,30) est pourtant plus élevé que celui de la berline (0,27). Oui, la Mazda6 serait une championne en matière de profilage aérodynamique parmi les berlines intermédiaires contemporaines.

Mais il ne faut pas creuser beaucoup pour se rendre compte que ce caractère sportif est usurpé. Car la Mazda6 n’a rien d’un bolide, surtout pas avec son 4-cylindres. Sous cette robe élégante se cache une humble berline familiale de taille intermédiaire; une rivale des Honda Accord, Toyota Camry, Ford Fusion et autres du genre. Vroom vroom, vous dites? C’est beaucoup dire...

Portrait... dans la moyenne
Pour répondre aux attentes d’un grand nombre d’acheteurs, Mazda propose deux niveaux de dotation, GS et GT, et deux motorisations : un 4-cylindres et un V6. Par contre, il n’y a plus de familiale, ni de « hatchback », comme à l’époque de la génération antérieure. Les acheteurs en quête d’une voiture plus polyvalente qu’une berline, doivent s’en remettre aux CX-7, CX-9 et Mazda5... ou aux marques rivales!

Entre les deux moteurs proposés, on dénote une différence de 100 chevaux (170 contre 272) et une consommation moyenne 23% inférieure dans le cas du 4-cylindres, si l’on se fie aux chiffres du fabricant. C’est sans compter l’écart de 7 000 $ qui sépare les prix de base des deux versions GS. En somme, la GS à moteur 4-cylindres, celle que nous avons essayée, semble destinée aux acheteurs dont le budget est plus serré.

Les ailes en saillie et les phares en forme de goutte d’eau rappellent le coupé à moteur rotatif RX-8! (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)