Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mercedes-Benz B200 2006

Mercedes-Benz B200 2006

Une classe à part Par ,

Une classe à part

La seconde vague de la récente marée allemande vient tout juste d'atteindre les rives de l'Amérique du Nord. (Photo: Mercedes-Benz Canada)
La seconde vague de la récente marée allemande vient tout juste d'atteindre les rives de l'Amérique du Nord.

Suivant les traces de la minuscule mais combien pratique fortwo, qui a été lancée l'année dernière au Canada par la marque smart, Mercedes-Benz, la maison-mère, revient à la charge avec un autre véhicule conçu pour affronter les embouteillages et les dédales du centre-ville, la Classe B.

Bien plus qu'une «Mercedes Echo», comme j'ai déjà entendu dire en référence à la sous-compacte de Toyota, la Classe B possède tous les attributs d'une voiture urbaine (bonne économie d'essence, un intérieur spacieux et un empattement qui facilite les stationnements en parallèle)
La fameuse «construction en sandwich» permet au moteur et aux autres composantes d'entraînement d'être positionnés sous le véhicule et non au devant de la voiture. (Photo: Mercedes-Benz Canada)
ainsi que tous les bénéfices de l'ingénierie de Mercedes-Benz. Elle se veut, selon la formulation du fabricant, une grande-routière sport

Disponible en deux versions pour 2006 (B200 et B200 Turbo), la Classe B à traction avant est basée sur la très populaire Classe A. Cette dernière, vendue en Europe, a servi de modèle-test pour le développement de la Classe B. Les deux arborent une architecture remarquable conçue par le géant allemand. La fameuse «construction en sandwich» permet au moteur et aux autres composantes d'entraînement d'être positionnés sous le véhicule et non au devant de la voiture. Par conséquent, les passagers bénéficient non seulement de plus d'espace pour les jambes, mais aussi d'une protection incomparable - dans l'éventualité d'une collision frontale, le moteur et les autres pièces fuient sous le plancher au lieu de se comprimer dans l'habitacle vers les occupants.

Le modèle que j'ai essayé, en version de base, était équipé d'un moteur à quatre cylindres de 2,0 litres développant 134 chevaux et relié à une transmission manuelle à cinq vitesses. (Photo: Mercedes-Benz Canada)
Le modèle que j'ai essayé, en version de base, était équipé d'un moteur à quatre cylindres de 2,0 litres développant 134 chevaux et relié à une transmission manuelle à cinq vitesses. Une transmission à variation continue est disponible en option. La version Turbo tire une puissance accrue (193 chevaux) du même moteur et elle est dotée de série d'une boîte manuelle à six vitesses. Là aussi, la CVT est optionnelle.

La performance est exactement celle qu'on attend d'une Mercedes, bien que le style soit différent de celui auquel on est habitués. La boîte manuelle à cinq vitesses s'est avérée douce comme de la soie, le moteur s'est comporté de façon exceptionnelle et les freins m'ont épaté. Mon seul reproche, c'est le bruit un peu trop fort du moteur sur l'autoroute. Sinon, disons jusqu'à 110 km/h, l'habitacle est aussi silencieux que celui de la berline de Classe E. D'ailleurs, puisqu'on trace des comparaisons, sachez que le design de la Classe B est tellement révolutionnaire que son espace intérieur est plus grand que celui de la grosse berline.