Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mitsubishi Endeavor 2004

Mitsubishi Endeavor 2004

Enfin du sérieux. Par ,

Mitsubishi Endeavor 2004
Enfin du sérieux.

Parmi nous depuis un peu plus d'un an, la marque japonaise nous proposait jusqu'à présent une gamme de sport-utilitaires plus désuets les uns que les autres. Même si les Montero et Montero Sport sont toujours disponibles, ils ne font qu'amasser la poussière dans les différentes salles de montre des concessionnaires. Mis à part le petit Outlander lancé l'an passé qui, en dépit d'une mécanique primitive, possède plusieurs qualités notables, le seul utilitaire de la marque risquant d'attirer une certaine clientèle est le nouvel Endeavor 2004. Conçu par les Américains et pour les Américains, l'Endeavor a pour mission de faire la vie dure aux Toyota Highlander, Honda Pilot, Nissan Murano et autres utilitaires hybrides de ce genre. Si nos voisins du sud ont droit à plusieurs versions à deux roues motrices, nous, Canadiens, devrons nous contenter de trois versions uniquement disponibles avec la traction intégrale.

 

Carrosserie

Du point de vue esthétique, on peut dire que Mitsubishi a osé en nous proposant une ligne plutôt controversée qui ne laisse personne indifférent. Inspirées du spectaculaire prototype SSU présenté en 1999, les lignes biscornues du Endeavor rappellent davantage un camion Tonka que celles d'un véhicule conventionnel. Sa calandre agressive, ses bordures de passage de roues évasées, sa galerie de toit tubulaire imposante et ses petites vitres triangulaires latérales avant sont tous des éléments qui ne s'harmonisent pas nécessairement l'un à l'autre. De plus, il semble que les rétroviseurs aient été rajoutés à la dernière minute puisqu'ils ne cadrent pas du tout avec les lignes du véhicule. Mis à part certains éléments de carrosserie qui nous rappellent qu'il s'agit d'un véhicule de marque Mitsubishi, on aurait pu croire que ce véhicule a été conçu par Pontiac. Néanmoins, les personnes voulant se démarquer recherchant un design plus audacieux que celui du Highlander seront sans doute satisfaits. De plus, contrairement aux Montero et Montero Sport, l'Endeavor est un véhicule tout à fait de son temps dont les lignes étranges sont tout de même actuelles.

 

Mécanique

Du côté mécanique, l'Endeavor ne passera certainement pas à l'histoire. Le seul moteur disponible est l'infatiguable V6 de 3.8 litres à simple arbre à cames en tête que l'on retrouve également sous le capot du Montero. Cependant, la course et l'alésage ont été revus et le couple a été légèrement augmenté. Les 215 chevaux permettent des accélérations et des reprises correctes, mais le moteur semble parfois peiner à la tâche, surtout lorsque le véhicule est chargé. Épuisé à haut régime, ce V6 se fait aussi grandement entendre lorsqu'on le sollicite. Son poids excessif et le léger manque de puissance se traduit bien sûr par une consommation d'essence légèrement plus élevée que la moyenne, de l'ordre de 14.8 litres au 100 km. Il convient donc de dire que ce véhicule est d'abord conçu pour une utilisation personnelle et que le remorquage ne figure pas parmi ses points forts. Quant à la boîte automatique à 4 rapports, elle effectue son travail sans histoire en nous faisant oublier qu'elle existe, tant les changements de vitesses se font en douceur. En passant, inutile de mentionner que le mode manuel du sélecteur de transmission est davantage décoratif que pratique.