Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan 370Z 2013 : essai routier

Nissan 370Z 2013 : essai routier

L'allure, ce n'est pas tout Par ,

Notre société est axée sur l'apparence. Peu importe les efforts déployés pour le nier, les belles personnes (et par conséquent, les beaux objets) obtiennent davantage de succès. Les personnes séduisantes sont généralement mieux perçues, mieux accueillies et elles vont plus loin, à moins bien sûr d'être franchement ignobles.

Cependant, le look, ce n'est pas tout. Votre personnalité doit être tout aussi attrayante si vous ne voulez pas emmerder les gens, qui vous ignoreront de plus en plus pour finalement vous retrouver seul et triste avec vos quinze chats (mais avec un visage parfaitement symétrique). Et c'est ici que débute ma critique : la Nissan 370Z 2013 est splendide, mais elle a un sérieux problème d'attitude.

Le physique de l'emploi
Le modèle 2013 de la Nissan 370Z a subi un léger lifting. Rien de radical, juste assez pour épurer ses lignes et lui donner un air un peu plus agressif (sans rien enlever à son charme), avec l'ajout de phares DEL sur l'arête extérieure du parechoc. Il va sans dire que cette voiture suscite la convoitise.

Certaines voitures sont ouvertement sexy, et la Nissan 370Z est du nombre. Des lignes sensuelles, des courbes positionnées aux bons endroits et un popotin qui rivalise avec celui d'une des sœurs Kardashian : cette Nissan est la petite sœur de la GT-R, celle que tous veulent courtiser, jusqu'à ce qu'elle ouvre la bouche.

Mais avant de lui laisser la parole, prenez le temps d'apprécier sa beauté intérieure. L'habitacle de la Nissan 370Z 2013 a également subi de légères modifications. Une nouvelle finition et la possibilité d'installer un système audio Bose (avec quelques haut-parleurs supplémentaires) rendent l'intérieur de la 370Z aussi agréable à regarder que son allure extérieure. Mon modèle d'essai était une blonde typique, avec son intérieur beige crème et sa robe blanche nacrée. L'ensemble respire la classe et la féminité.

Aucune personnalité
La Nissan 370Z est une voiture parfaite si vous la laissez garée. Cependant, avec un prix de base dépassant les 40 000 $, vous ne voudrez pas simplement regarder ses beaux yeux.

Le problème? À mon avis, la Nissan 370Z n'a aucune personnalité, d'où son problème d'attitude. Elle a peut-être de belles et longues jambes (des roues en alliage de 19 pouces avec des étriers de freins rouges sont offertes dans l'ensemble sport), mais la conversation est si ennuyante qu'il serait impossible de faire durer cette relation.

Munie du même moteur V6 3,7 litres que l'Infiniti G37, la 370Z développe 332 chevaux et un couple de 270 lb-pi. Certes, il s'agit de bons résultats. Ils sont même plutôt impressionnants pour un coupé sport comme la 370Z, mais ce n'est pas suffisant à mes yeux. Je n'ai ressenti aucune émotion en rétrogradant et en appuyant sur l'accélérateur; aucune montée d'adrénaline lors du démarrage et de la sélection de la première vitesse.

À l'heure actuelle, la Nissan 370Z est la seule voiture en Amérique du Nord à offrir une boîte manuelle avec correspondance du système de rétrogradation. Traduction : il s'agit de la seule voiture manuelle en Amérique du Nord qui fera de vous un conducteur paresseux. La voiture fait tout le travail à votre place, augmentant la révolution lorsque vous souhaitez rétrograder afin d'effectuer des changements de rapport parfaits. C'est peut-être agréable pour les conducteurs novices, mais les conducteurs qui apprécient la conduite manuelle et qui aiment démontrer leurs talents de rétrogradation trouveront cette fonction plutôt inutile.

Conversation ennuyante
De surcroît, je n'ai pas été impressionnée par la conduite de la 370Z. La boîte est suffisamment réactive et les vitesses se changent facilement, mais on ne ressent aucune excitation. Vous entendrez le fonctionnement des mécanismes (une fois le système Bose éteint), ce qui peut être agréable et plutôt brut, mais on se lasse rapidement. En ce qui concerne la sonorité, elle est présente, mais pas au niveau attendu d'un coupé sport. Sans hésitation, je préfère le grondement de la 350Z ou de la G35 à celui de la 370Z.

La réactivité du volant de la Nissan 370Z me semble également un peu décousue. La 370Z se veut une voiture sport, mais ce n'est pas l'impression qu'elle m'a laissée. Bien que la suspension - à double bras triangulé à l'avant et multibras à l'arrière - soit adéquate et aide la voiture à bien négocier ses virages et effectuer des manœuvres fougueuses, il n'y a rien d'autre pour susciter l'enthousiasme.

Aura-t-elle l'honneur de rencontrer vos parents?
Probablement pas. D'autant plus que la Nissan 370Z 2013 n'est pas très pratique. Bien sûr, une voiture biplace n'est jamais très pratique (sauf si vous êtes célibataire ou si vous recherchez une voiture pour vos balades du weekend), mais il existe plusieurs autres voitures incommodes pour lesquelles je préférerais dépenser 40 000 $ (comme la Mazda MX-5 ou la Subaru BRZ, qui sont toutes deux moins dispendieuses). Voilà donc le problème : il existe d'autres options, et, si vous faites vos devoirs, votre choix s'arrêtera probablement sur l'un de ces autres modèles plutôt que sur la 370Z.

Cet essai routier du Nissan 370Z 2013 a originalement été publié sur Auto-Venus.com.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Nissan 370Z 2013
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Nissan 370Z 2013
    Nissan 370Z 2013
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article