Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan Altima 2.5 SL 2010 : essai routier

Nissan Altima 2.5 SL 2010 : essai routier

La berline (trop) tranquille Par ,

Les chiffres de vente de la Nissan Altima ne sont pas à la hauteur des attentes. C’est pourquoi, en 2010, Nissan a décidé de remanier quelques éléments, surtout à l’intérieur faut-il le préciser, histoire de ramener les acheteurs vers cette berline familiale relativement agréable.

La Nissan Altima reprend du galon, et se place dorénavant parmi les berlines à considérer. (Photo: Nissan)

Mais on a oublié un petit détail, que l’on devrait pourtant retrouver sur toutes les voitures : la Nissan Altima se conduit sans réfléchir, et sans la moindre sensation. Elle est loin d’être mauvaise, mais on aurait souhaité un petit peu de oumf!

Style tranquille
La Nissan Altima berline n’a rien pour faire tourner les têtes. Contrairement à sa sœur coupé au profil dynamique, la berline reprend la sage grille avant, et les lignes plutôt sobres qui font la personnalité de la voiture depuis longtemps. Car lors de son lancement en 2002, elle faisait littéralement contraste par son audace.

Cette fois, oubliez l’audace, l’Altima s’estompe plutôt dans la masse.

Heureusement, on profite d’un habitacle bien pensé, et mieux aménagé en 2010 que jamais. On a fortement rehaussé la qualité des matériaux, et la présence de commandes au volant permet un usage simple et efficace de toutes les commandes.

Enfin, amélioration notable aussi en matière d’agrément puisque les sièges privilégient le confort pour les longues randonnées plutôt que l’encadrement des sièges plus sportifs. Un choix logique dans une berline de cette taille, et avec une clientèle familiale.

Cela se traduit aussi par une liste d’équipement intéressante, des sièges chauffants très efficaces peu importent les conditions, et un système audio, incluant en option la connectivité Bluetooth, facile à gérer.

En revanche, il faut aimer l’aménagement sobre et à la limite presque ennuyeux des matériaux intérieurs. Le noir prédomine, et malgré quelques accents chromés, le tout reste moderne bien que monotone. Notez cependant qu’on s’y fait rapidement, et qu’on a facilement toutes les commandes en main.

Motorisation sans reproche
Il faut l’admettre, l’Altima se distingue plus sous le capot. Son moteur, le 2,5 litres souvent primé de Nissan, est souple, relativement économique, et totalement soumis au conducteur. Il répond avec aisance, et sans trop de bruit, dès qu’on le sollicite un peu ... et même beaucoup.

Son moteur, le 2,5 litres souvent primé de Nissan, est souple, relativement économique, et totalement soumis au conducteur. (Photo: Nissan)