Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan cube 1.8 SL 2009 : essai routier

Nissan cube 1.8 SL 2009 : essai routier

Par ,

Les certitudes ne sont pas légion dans la vie. En fait, elles sont plutôt rares mais il en est une qui désormais fera partie de mes incontournables : le tout nouveau Nissan cube ne laisse personne, et je dis bien personne, indifférent.

Un choix différent, et une conduite agréable, pour quelqu’un qui assume bien sa différence.

Jamais, sauf peut-être lorsque je conduisais une des toutes premières smart au pays, n’ais-je eu autant l’impression de me promener en soucoupe volante que lorsque je conduisais le cube.

Car le cube ne fait rien comme les autres. Même son nom n’est pas comme les autres puisque, pour le rendre plus commun à tous, on l’écrit sans majuscule, exigence de Nissan!

En matière de style, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, le cube est, disons-le, différent et n’a rien en commun avec ce qui circule actuellement sur nos routes. Son allure est définitivement celle d’une petite boîte sur roues. Et quand je dis petite, c’est bien petite puisque ses dimensions se comparent davantage à celles d'une petite voiture qu’à celles d’un utilitaire sport, peu importe sa taille.

Quant au style, difficile de le décrire. On a bien voulu lui donner cette allure carrée, tout en préservant quelques rondeurs, en adoucissant les angles, et en créant des formes tout à fait uniques.

Même type de design à l’arrière où, par un miracle du design, on réussit à faire croire que la lunette est arrondie, et se dirige même tout le long du côté. Dans les faits, cette fenêtre que l’on croit interminable a en fait le même cadre qu’une fenêtre conventionnelle. Alors carré le cube : oui… et non.

Dans l’habitacle, on assume très bien les rondeurs imposées. En fait, tout n’y est que rondeur. Les cadrans sont, traditionnellement, ronds. Mais toutes les commandes de la console centrale, incluant la radio et la climatisation, sont réunies dans un immense rond. Et summum de la rondeur, le design du plafond lui-même simule, à l’envers bien entendu, une flaque d’eau avec des cercles grandissants, comme si le luminaire de plafond était une goutte fraîchement tombée. Rafraîchissant…

Ajoutez à ce design une abondance de fenêtres, et dès que vous sautez derrière le volant, vous avez l’impression de voguer à l’air libre tellement la visibilité est large et généreuse.

Dans l’habitacle, on assume très bien les rondeurs imposées. En fait, tout n’y est que rondeur.