Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan Murano LE Édition Platine 2012 : essai routier

Nissan Murano LE Édition Platine 2012 : essai routier

Le grand frère élégant Par ,

Depuis environ dix ans, Nissan a la cote auprès des membres de ma famille. Au tournant du millénaire, mon père a abandonné sa grosse Plymouth Acclaim au profit d'une Nissan Sentra GXE 2001. À l'époque, j'étais encore aux études et je venais tout juste d'obtenir mon permis de conduire. Or, j'ai toujours été une passionnée de voitures, alors vous comprendrez mon mécontentement quand j'ai vu cette Sentra automatique de couleur beige (dehors comme en dedans, « pour s'agencer avec la maison », disait ma mère) arriver dans la cour.

Nissan Murano LE Édition Platine 2012 vue 3/4 arrière
Aussi beau et bon qu'il soit, le Murano coûte beaucoup plus cher que le Rogue même s'il n'en offre pas tellement plus. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)

J'en suis devenue propriétaire à peine un an plus tard (pour connaître toute l'histoire, ne manquez pas mon compte rendu de la Nissan Sentra SL 2012), mes parents se tournant vers une autre Sentra GXE automatique (gris foncé et sans aileron, mais encore avec un intérieur beige). Après quelques années à partager cette voiture avec sa femme, mon père est retourné chez Nissan pour se procurer une Altima 2.5 2005. Puis, lorsque la Sentra de ma mère est arrivée au terme de la location, en 2007, c'est un Nissan Rogue SL bleu éclatant qui l'a remplacée.

Plus récemment, mes parents l'ont échangé contre un Nissan Rogue 2011 blanc perle flambant neuf. On peut dire qu'ils s'attachent beaucoup à cette marque japonaise – et je les comprends. Ayant été surexposée aux modèles Nissan au cours de la dernière décennie, j'oublie parfois de regarder ses nouveaux produits avec objectivité. Cependant, depuis quelque temps, je m'efforce de rester impartiale, par exemple lors de mon essai routier du Nissan Murano LE 2012.

Toute une beauté
S'il y a une raison pour laquelle j'applaudis Nissan, c'est sa volonté d'oser et d'essayer de nouvelles choses. Du cube au Juke en passant par la nouvelle Quest, ses designers n'ont pas peur de lancer un message et de faire réagir les gens. J'aimerais bien qu'ils en fassent autant avec la Sentra et l'Altima, mais ils prennent au moins des chances avec plusieurs autres modèles de la gamme.

Si l'extérieur du Murano innove plus ou moins, on ne peut pas dire qu'il n'attire pas l'attention. Aucun changement majeur n'a été apporté pour 2012, seulement des petites retouches ici et là pour permettre de distinguer la nouvelle édition et continuer à faire tourner les têtes sur la route.

L'agencement particulier des phares et de la calandre rebute certains, mais je dois reconnaître que j'y ai pris goût au fils des ans. J'aime également la forme du Murano, qui me rappelle une amande. Bien que le Rogue adopte une silhouette semblable, son grand frère apparaît clairement comme le plus mature et le plus sophistiqué des deux. Je lui trouve aussi plus de classe et d'élégance.

Mon exemplaire, un Nissan Murano LE 2012 à traction intégrale doté de l'ensemble Platine, arborait des jantes chromées de 20 pouces à sept rayons et des longerons de toit au fini argenté. À l'intérieur, des garnitures en similibois, un volant télescopique, un lecteur DVD et un système de navigation invitaient à la détente et au divertissement. La cerise sur le gâteau : un emblème « Platine » sur le hayon. Oh là là...

Nissan Murano LE Édition Platine 2012 vue de face
L'agencement particulier des phares et de la calandre rebute certains, mais je dois reconnaître que j'y ai pris goût au fils des ans. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)