Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan Murano SL 2012 : essai routier

Nissan Murano SL 2012 : essai routier

Un habitacle digne de la première classe Par ,

Trop petit pour inclure une troisième rangée de sièges, le Nissan Murano 2012 offre quand même beaucoup d'espace. Au Canada, ce chic multisegment intermédiaire se contente d'un seul groupe motopropulseur, soit un V6 onctueux jumelé à la traction intégrale intuitive et à la boîte de vitesses Xtronic à variation continue.

Lignes expressives, look distinctif
Le Murano illustre bien l'audace et le côté dramatique des stylistes de Nissan. Il dissimule habilement son gabarit d'utilitaire grâce à une silhouette élégante et profilée issue d'un savant mélange de lignes et d'angles taillés au couteau.

Je ne vous dis pas qu'il s'agit de l'un de mes véhicules préférés en termes de design extérieur. Par contre, son aménagement et son décor intérieurs m'impressionnent beaucoup. En effet, l'habitacle se veut non seulement un régal pour les yeux, mais aussi un modèle de convivialité.

Harmonie entre forme et fonction
J'admire l'ergonomie et la fonctionnalité du Nissan Murano 2012. À mon avis, très peu de constructeurs automobiles savent positionner et agencer les différentes commandes de manière aussi intelligente et pratique. Il suffit de regarder l'interface du système de ventilation et de climatisation à deux zones pour s'en rendre compte.

Vous voulez un autre exemple? Les dossiers asymétriques (60/40) de la banquette arrière se rabattent simplement en tirant sur un levier et ils se relèvent aussi facilement en appuyant sur un bouton. Cette ingénieuse fonction se retrouve de série dans les versions SL et LE.

Les sièges procurent un confort exceptionnel, même à l'arrière, ce qui rend les longues sorties très relaxantes. Le Murano SL que j'ai évalué comprenait de plus un volant et des sièges avant chauffants. Croyez-moi, je les ai grandement appréciés lors des journées glaciales de ma semaine d'essai à Vancouver.

Boîte de vitesses unique dans la catégorie
Tel que mentionné en introduction, le Nissan Murano 2012 compte sur la boîte Xtronic, qui améliore à la fois la performance et l'économie d'essence par rapport à une automatique conventionnelle. En général, je n'aime pas les transmissions à variation continue, mais je dois reconnaître que celle-ci fait du bon travail.

Transparente dans la majorité des situations, on ne la remarque vraiment qu'en pleine accélération puisque le régime moteur ne fait qu'augmenter. Il faut un certain temps pour apprécier à sa juste valeur la boîte Xtronic sans s'interroger sur son fonctionnement. En effet, on a parfois l'impression qu'elle devrait changer de rapport, mais elle ne le fait pas. Voilà comment fonctionne la transmission à variation continue.

Le moteur qui propulse le Murano 2012 est un V6 de 3,5 L à double arbre à cames en tête générant une puissance de 260 chevaux et un couple de 240 livres-pied. Le tout parvient aux quatre roues par le biais du système de traction intégrale dite « intuitive » de Nissan. Il en résulte des décollages explosifs et une tenue de route solide, des éléments qui ajoutent une nette touche de sportivité à ce véhicule doux et sophistiqué. En conduite normale, le moteur reste dans sa plage de régime optimale grâce à la boîte Xtronic.

Contrairement à plusieurs utilitaires de taille intermédiaire animés d'un V6, le Murano effectue des reprises et des dépassements convaincants sur l'autoroute. Sa performance en ligne droite s'avère supérieure à la moyenne, tandis que son agilité dans les courbes surpasse les attentes.

Du plaisir au volant
Le Nissan Murano 2012 offre un roulement stable et absorbe plutôt bien les imperfections de la chaussée. Considérant son poids et son gabarit, il reste vif sur ses pattes et attaque les virages avec aplomb et sang-froid.

Le bruit des pneus et du vent est bien atténué. Le moteur ne casse pas les oreilles, loin de là, mais je crois qu'il pourrait être encore plus silencieux et discret.

Parlant d'améliorations possibles, la visibilité arrière déçoit beaucoup. La hauteur des dossiers et la forme des montants du toit arrière ont un grand mot à dire là-dedans. Heureusement, toutes les versions du Murano - sauf la plus rudimentaire - incluent une caméra de recul et un écran de sept pouces. Voilà une aide précieuse quand vient le temps de stationner.

De surcroît, le Murano bénéficie de dispositifs de contrôle et de sécurité évolués. Soulignons notamment le système antidérapage électronique avec traction asservie et l'arsenal complet de coussins gonflables.

Enfin, malgré la promesse de ses cotes de consommation officielles, soit 11,7 L/100 km en ville et 8,5 L/100 km sur l'autoroute, mon modèle d'essai n'a pu s'en approcher. Au terme de la semaine, pendant laquelle j'ai surtout roulé en ville, l'ordinateur de bord m'a indiqué une moyenne de plus de 15 L/100 km.

Le Nissan Murano en résumé
Nissan propose un multisegment à quatre roues motrices qui plaît pour de nombreuses raisons, mais principalement pour sa conduite, son habitacle et son côté pratique. En revanche, l'insonorisation du moteur en pleine accélération laisse à désirer. Je n'ai pas non plus aimé qu'il brûle autant d'essence, contrairement à ce qu'annonce Nissan.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Nissan Murano 2012
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Nissan Murano SL 2012
    Nissan Murano SL 2012
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article