Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan Pathfinder Platine V6 2015 : essai routier

Nissan Pathfinder Platine V6 2015 : essai routier

Un choix de plus à votre liste Par ,

Les puristes du modèle ont beau s’époumoner sur le fait que le Pathfinder n’est plus un véritable 4x4 comme dans le bon vieux temps, il n’en demeure pas moins que ce sont les fins stratèges de Nissan qui ont eu raison dans cette affaire. 

Entièrement remodelé en 2012 en tant que modèle 2013, le Nissan Pathfinder a en quelque sorte suivi les traces du Ford Explorer, un autre 4x4 qui a délaissé le châssis à échelle au profit d’un châssis monocoque il y a de cela quelques années déjà. Depuis ce changement bénéfique, les ventes du VUS nippon ne dérougissent pas.

Timide ce Pathfinder
D’entrée de jeu, le Pathfinder joue la carte de la discrétion. Disons que le département de design s’est retenu, surtout si on le compare au récent Murano ou même au Juke. Mais bon, peut-on blâmer le constructeur d’avoir emprunté cette avenue, l’histoire automobile moderne ayant démontré que les carrosseries plus effacées se vendaient plus? Non, pas vraiment. 

Il est tout de même permis d’espérer un changement d’ordre esthétique à court terme au niveau du bouclier, le Rogue étant plus réussi à ce chapitre. Heureusement, la portion arrière du Pathfinder fait davantage l’unanimité. Mentionnons également la présence des jantes de 20 pouces (exclusives à l’édition Platine) qui remplissent adéquatement les passages de roues, contrairement aux livrées inférieures qui sont équipées de jantes de 18 pouces.

Un habitacle de fourgonnette... ou presque
Un peu à l’instar de certains concurrents, le Pathfinder a non seulement le mandat de jouer la carte de la robustesse avec sa silhouette extérieure, mais sa polyvalence intérieure se doit d’être aussi versatile que la défunte Quest, une fourgonnette qui ne fait déjà plus partie des plans pour notre marché. C’est ce qui explique notamment ces 3 rangées de sièges.  

Bien entendu, Nissan se bombe le torse en faisant la promotion de son système Latch and Glide qui permet d’avancer la 2e rangée de l’avant vers l’arrière afin de donner un meilleur accès à la 3e banquette, mais en plus, les ingénieurs ont même pensé aux petites familles qui doivent installer des sièges d’appoint à cet endroit. Le système sur rails fonctionne même avec le siège en place. Si l’espace pour les passagers à ce niveau s’avère tout à fait dans la moyenne de la catégorie, c’est un peu plus concis à l’arrière, mais ça, vous le saviez déjà, non?

À la 1re rangée, les passagers ne manquent de rien en matière d’équipement – il s’agit de l’édition Platine après tout. Des sièges chauffants et ventilés au système de divertissement bourré de gadgets d’aide à la conduite, sans oublier les nombreuses prises de courant 12 volts et celle de 120 volts, ce multisegment n’a rien à envier à la concurrence en ce qui a trait à sa liste d’équipements. 

La position de conduite se trouve aisément grâce à la colonne de direction télescopique et au siège électrique, tandis que la vision latérale ne pose aucun problème. D’ailleurs, avec l’écran de visualisation du périmètre, chaque manœuvre de stationnement est un jeu d’enfant... ou presque! 

Ce bon vieux V6
Même si Nissan propose un groupe motopropulseur hybride – le seul autre du segment avec le Toyota Highlander Hybride –, c’est la version régulière qui intéresse la majorité des acheteurs. Sans surprise, les motoristes de Nissan font encore une fois appel à l’increvable V6 de 3,5-litres boulonné à une transmission de type CVT. Avec 260 chevaux et 240 lb-pi de couple, ce moulin n’est pas un monstre de puissance ni même le plus avancé au point de vue technique. Toutefois, cette situation ne devrait pas refroidir les consommateurs puisque cette mécanique a fait ses preuves au fil des années. 

Au volant
C’est bien beau, mais comment se comporte-t-il au quotidien ce remplaçant de la Quest? Pour avoir mis la main sur la fourgonnette nipponne il y a de cela quelques années, je dois affirmer que le Pathfinder offre un comportement franchement plus sain que sa cousine à portes coulissantes. Le roulis fait quand même partie de la réalité de ce gros véhicule, mais bon, sa mission est de transporter ses occupants dans un certain confort et non d’atteindre des forces G impressionnantes dans les virages serrés. 

Les accélérations sont très acceptables, à condition d’être un amateur de décibels, le V6 sachant se faire entendre lorsque le pied droit en redemande, tandis que les freinages s’avèrent convenables pour un véhicule de ce gabarit. Bien entendu, les détracteurs de la CVT sauront critiquer une fois de plus cette élasticité en accélération, mais il faut l’avouer, la plupart des consommateurs n’y verront que du feu. D’ailleurs, une fois sur l’autoroute, le Pathfinder est beaucoup plus silencieux et peut même enregistrer une consommation avoisinant les 10 litres aux 100 km.  

Conclusion
Il est souvent difficile de changer un modèle de manière drastique comme l’a fait Nissan lors de la refonte de son populaire VUS. S’il est évident que les défenseurs du modèle d’antan ont perdu un vieil ami, les familles à la recherche d’un moyen de transport un peu plus costaud qu’une fourgonnette ont un choix de plus à leur liste de véhicules potentiels. 

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
60%
Nissan Pathfinder 2015
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Nissan Pathfinder 2015
Nissan Pathfinder 2015
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler