Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Subaru B9 Tribeca 2006 (Extrait vidéo)

Subaru B9 Tribeca 2006 (Extrait vidéo)

Pas tout à fait le Subaru des utilitaires sport Par ,



Pas tout à fait le Subaru des utilitaires sport


(Photo: Mathieu St-Pierre, Auto123.com)
La majorité des gens savent ce qu'implique une traction intégrale: les propriétaires de véhicules qui en sont équipés n'ont pas besoin d'une pelle pour se sortir d'un banc de neige. Enfin presque. N'empêche, avec l'hiver qui commence à se faire menaçant, l'idée de miser sur quatre roues motrices au lieu de seulement deux s'avère très rassurante. J'ai conduit de nombreux modèles conçus par Subaru, un manufacturier qui est intimement associé à cette technologie, et j'ai toujours été impressionné par leurs capacités. Le plus récent, le B9 Tribeca, est un tout nouveau véhicule lancé pour l'année-modèle 2006. Il marque le premier pas de Fuji Heavy Industries dans le segment des VUS intermédiaires.

La traction intégrale est assurément d'une grande utilité et Subaru est sans contredit l'un des spécialistes en la matière. Son système est considéré comme l'un des meilleurs de l'industrie; par surcroît, Subaru est la seule compagnie à l'offrir de série sur tous ses modèles. Ceci dit, il est clair qu'elle n'allait pas laisser passer l'opportunité de créer un camion hautement performant - aussi tard soit-il.

Le prix de départ du B9 Tribeca est établi à 41 995 $; c'est d'ailleurs ce
(Photo: Mathieu St-Pierre, Auto123.com)
modèle que j'ai essayé cette semaine. La version haut de gamme avec système de navigation et lecteur DVD coûte quant à elle 52 495 $.

Esthétique

Ce Subaru est un autre véhicule que l'on pourrait qualifier de «multisegments» et qui essaie de renfermer plusieurs personnalités sous un même emballage. L'un des éléments les plus saisissants du Tribeca est la nouvelle calandre corporative de Subaru, qui ressemble à un avion vu de face. Au premier coup d'oeil, je n'ai pas aimé son look, mais rapidement, j'ai commencé à le trouver beau, ne serait-ce que parce qu'il est original et distinctif. La silhouette polie du Tribeca s'apparente davantage à celle d'une mini-fourgonnette que d'un VUS en ce sens qu'il n'y a pratiquement pas de lignes droites. L'ancien designer d'Alfa Romeo qui a dessiné le Tribeca a reproduit certains détails typiques du constructeur italien, comme les feux arrière étirés à l'horizontale. À l'avant, les phares triangulaires créent un point de rencontre intéressant entre le capot, les ailes et le museau. La peinture est bien appliquée et les seuils entre les panneaux sont toujours constants.

Le design intérieur constitue l'un des principaux attraits du Tribeca. La ligne du tableau de bord crée un effet enveloppant qui se marie joliment à l'allure générale du véhicule. La disposition des commandes est fonctionnelle, mais j'ai trouvé que certaines étaient un peu difficiles à
(Photo: Mathieu St-Pierre, Auto123.com)
atteindre. J'ai également eu beaucoup de misère à trouver la position de conduite optimale: le tableau de bord est assez bas, même avec le siège réglé à sa position la plus basse. Bien sûr, l'absence d'un volant télescopique n'aide pas.

Les sièges sont peut-être l'aspect le plus décevant dans cet habitacle qui, autrement, est très pratique. Le dossier des sièges avant possède un recouvrement tellement mince que je pouvais sentir des parties de leur structure dans mon dos. Le coussin sur lequel on s'assoit est pour sa part un peu trop mou, mais il n'est pas inconfortable. La banquette divisée et rabattable en deuxième rangée peut glisser vers l'avant et l'arrière, un déplacement qui a deux utilités: procurer plus d'espace pour les jambes et faciliter l'accès à la troisième rangée. Ici, je dois dire que les 6e et 7e places assises du Tribeca devraient être réservées aux jeunes enfants. La seule raison qui explique leur présence est la volonté de Subaru d'imiter les autres VUS qui offrent trois rangées de sièges.