Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Subaru Forester Touring 2015: essai routier

Subaru Forester Touring 2015: essai routier

Baptême de Subaru réussi...enfin presque Par ,

Subaru représente l’un des rares constructeurs pour lequel je n’étais jamais montée à bord – et encore moins testé – de véhicules, si l’on exclut les voitures haut de gamme. J’étais donc enthousiaste à l’idée de me retrouver derrière le volant du Subaru Forester.

Si j’ai apprécié ses lignes sobres, son vaste habitacle et sa position de conduite, j’ai tout de même déchanté à plusieurs niveaux, certains « irritants » étant mineurs et d’autres un peu plus irritants justement.

Qu’est-ce que le Subaru Forester?
Lancé à la fin des années 1990, le Subaru Forester en est à sa 4e génération. Il s’agit d’un véhicule familial fort pratique et son vaste choix de versions permettra à chacun de trouver chaussure à son pied.

Le Forester 2015 se décline en 10 versions, dont le prix de départ est de 25 995 $ pour le modèle 2.5i de base jusqu’à 37 895 $ pour la version 2.0XT Limited avec ensemble Technologie. Mon modèle d’essai (2.5i groupe Tourisme avec ensemble Technologie) se détaille quant à lui à 32 495 $.

Infos techniques
Subaru propose 2 motorisations à 4 cylindres à plat pour son Forester 2015, qui développent respectivement 170 (2.5i) et 250 chevaux (2.0XT). Selon le modèle, vous pourrez opter pour une boîte manuelle à 6 rapports ou une boîte CVT Lineartronic à variation continue; sur ces dernières, un mode manuel peut également être offert pour profiter d’une conduite un peu plus sportive.

J’ai également pu tester le système EyeSight de Subaru : c’est bien, c’est rassurant de savoir que le véhicule détecte le moindre danger, mais en bout de ligne, cela devient un peu agaçant. J’ai même pu tester malgré moi l’alerte de collision avant (le véhicule est intact, rassurez-vous!) et le bruit émis par le système à ce moment-là est tout sauf subtil…de quoi réveiller un mort!

Conduire le Subaru Forester 2015
Le premier mot qui m’est venu à l’esprit en prenant place derrière le volant du Forester est rustique…ce qui n’est pas mauvais en soi, bien au contraire. En fait, l’habitacle me rappelait vaguement celui de mon Grand Caravan 2012 : plate, mais fonctionnel, et mon véhicule d’essai était également dépourvu de système de navigation (en option sur d’autres versions toutefois). Bien que j’apprécie certains gadgets technologiques, j’ai quand même bien aimé avoir une planche de bord aussi simpliste, où je n’ai pas l’impression de me retrouver dans un cockpit d’avion tellement il y a de touches et de boutons.

La conduite se fait tout en douceur et les imperfections de la route sont presque imperceptibles grâce à la suspension indépendante aux 4 roues. Le siège pour le conducteur, à 10 réglages électriques et support lombaire à réglage assisté, permettra de trouver une position de conduite confortable pour tous. Pour sa part, le passager avant profite d’un siège à 4 réglages manuels.

Côté consommation de carburant, Subaru annonce 10,2/8,5 L/100 km pour le moteur 2,0 litres turbo, tandis que le modèle équipé du 2,5 litres affiche 9,6/7,5 L/100 km. Pour ma part, j’ai obtenu une consommation moyenne de 9,1L/100 km, pour des trajets principalement urbains, ce qui reste économique compte tenu de la grosseur de la bête.

Le parebrise est immense et offre une visibilité exceptionnelle; et que dire du toit ouvrant électrique panoramique! Lorsque le pare-soleil rétractable est ouvert, vous avez littéralement l’impression d’être dans un aquarium, les poissons et la flotte en moins. Un bémol toutefois : pensez à l’ouvrir avant de vous asseoir, car à moins d’avoir les bras démesurément longs, vous aurez un peu de mal à l’envoyer vers l’arrière tant le toit est large…j’y suis parvenue, mais j’ai hérité d’un beau mal d’épaule! Car si le toit ouvrant est électrique, il en va tout autrement pour le pare-soleil…

Les petits irritants
Rien de bien méchant ici, j’ai déjà vu pire. L’inconvénient majeur selon moi est le hayon à commande électrique, qui s’ouvre à vitesse tout sauf Grand V; avec des courses plein les bras, on le trouve le temps encore plus long!
Un autre détail que j’ai remarqué est l’absence de verrouillage automatique lorsque le véhicule se met en marche. Vous savez, ce système qui verrouille les portes dès que la voiture atteint environ 20 km/h? Le Subaru Forester en est dépourvu…on doit alors verrouiller de la bonne vieille façon!

Conclusion
Quoi qu’il en soit, le Forester demeure un choix correct si vous désirez un VUS pratique qui ne met pas l’accent sur le « bling bling » et qui peut servir tant à passer un week-end à la montagne qu’à emmener la marmaille à l’école ou aux pratiques de soccer. Il livrera une solide compétition aux Jeep Cherokee, Volkswagen Tiguan et Mazda CX-5.
 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Subaru Forester 2015
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Subaru Forester 2015
    Subaru Forester 2015
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article