Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Subaru Impreza 5 portes 2.0i Touring 2016 : essai routier

Subaru Impreza 5 portes 2.0i Touring 2016 : essai routier

Cette compacte chevronnée reste un très bon choix Par ,

Quelle image avez-vous de Subaru? J’imagine que ça dépend des véhicules qui vous intéressent. La majorité des propriétaires de Subaru citeront la fiabilité, la sécurité, le côté pratique et le souci de l’environnement, alors que d’autres plus attirés par les WRX et BRZ croient possiblement qu’il s’agit d’une marque axée sur la performance.

À ce genre de jeu, Subaru fait mieux que la plupart des concurrents grâce à des technologies uniques qui maximisent la sécurité et la performance, notamment sa fameuse transmission intégrale symétrique incluse de série sur tous les modèles sauf un, ainsi que son design de moteur avec cylindres à plat que seule Porsche a l’habitude d’imiter. 

Pour ces raisons, de même que pour avoir amélioré son rendement énergétique, son raffinement intérieur, ses systèmes d’infodivertissement et son rapport qualité/prix, Subaru a plus que doublé ses ventes canadiennes depuis 2009 et les a presque triplées depuis 2005. Cela dit, avec un total de 46 609 unités vendues en 2015, Subaru a trouvé 18 341 preneurs de moins que la Honda Civic à elle seule, se classant 14e parmi 20 marques populaires. Les acheteurs d’Impreza s’en foutent pas mal, car ils possèdent une voiture qui répond à leur style de vie actif sans ressembler à ce que tous leurs voisins conduisent.

Redessinée pour sa 4e génération en 2011, cette compacte n’a reçu que de légères modifications au fil des ans, mais elle a encore fière allure grâce à un design inspiré qui confère tant à la berline qu’au modèle 5 portes un profil musclé et élégant, avec une calandre hexagonale audacieuse et un parechoc avant encore plus attrayant.

Son habitacle utilise un matériau tendre de grande qualité pour le dessus du tableau de bord ainsi que le haut des portières avant et arrière (fait rare dans ce dernier cas). On note aussi de belles garnitures métalliques sur le volant, le bloc central, la console et les portières, sans oublier des interfaces électroniques remarquablement sophistiquées.

La Subaru Impreza 5 portes 2.0i Touring 2016 que je suis en train de vous décrire se trouve une coche au-dessus de la version de base. Elle coûte 22 595 $ avec la boîte manuelle à 5 rapports ou 23 895 $ avec la boîte Lineartronic à variation continue (CVT) assortie de sélecteurs au volant.

L’équipement de série comprend un moteur à 4 cylindres de 2,0 litres développant 148 chevaux et 145 livres-pied de couple, un rouage intégral, une suspension entièrement indépendante, des phares à extinction automatique, des boîtiers de rétroviseurs et des poignées de portes de couleur assortie à la carrosserie, un aileron arrière, des rétroviseurs électriques, des commandes illuminées sur le volant, un affichage multifonction en couleur de 3,5 pouces devant le conducteur, un régulateur de vitesse, la téléphonie et la lecture audio en continu via Bluetooth, une commande vocale, un écran multimédia tactile à haute résolution de 6,2 pouces sur le bloc central (avec diverses applications), une caméra de recul, des ports USB et iPod, la radio satellite, un climatiseur, une banquette arrière repliable 60/40, des crochets d’arrimage dans le coffre ainsi que tout l’arsenal habituel de dispositifs de sécurité, dont un coussin gonflable pour les genoux du conducteur.

La version Touring ajoute entre autres de meilleurs ressorts de suspension à l’avant, une barre stabilisatrice à l’arrière, des phares entièrement automatiques, des roues de 16 pouces, des balais essuie-glace chauffants, un éclairage d’accueil, des poignées intérieures chromées, des sièges avant chauffants, 2 haut-parleurs supplémentaires, un accoudoir central arrière avec porte-gobelets, un cache-bagages rétractable et plus encore. 

Hormis le type de carrosserie (le modèle 5 portes exige un supplément de 900 $) et la boîte de vitesses (1 300 $ de plus pour la CVT), les seules options en version Touring sont la peinture (choix de 6 couleurs sans frais) et le tissu intérieur (noir ou blanc). Bien sûr, il existe d’autres versions plus haut dans la gamme, soit les Sport et Limited, et celles-ci proposent un ensemble technologique (2 500 $) qui inclut principalement le système de sécurité EyeSight de Subaru.

Sur le plan de l’environnement, la Subaru Impreza 2016 se classe parmi les véhicules à émissions partiellement nulles (PZEV) et affiche une consommation de 9,5 L/100 km en ville et 7,0 L/100 km sur l’autoroute avec la boîte manuelle, comparativement à 8,5 et 6,4 avec la CVT. 

En outre, il est bon de rappeler que Subaru est la marque populaire ayant la meilleure cote de fiabilité en 2016 selon le magazine Consumer Reports, n’étant devancée au classement général que par Audi. D’un autre côté, les plus récentes études de qualité initiale et de fiabilité de J.D. Power la placent sous la moyenne dans chaque cas. Allez comprendre!
    
Pour une compacte d’entrée de gamme, la Subaru Impreza allie joliment confort et sportivité. Comme vous le savez sans doute, elle sert de base à la WRX qui court en rallye de même qu’au petit multisegment Crosstrek. Ses sièges se montrent douillets et enveloppants à la fois et, bien que son volant soit en polyuréthane seulement, il a l’air sportif et s’agrippe bien, sans compter que ses sélecteurs de vitesses tombent naturellement sous la main.

Ladite CVT est programmée de façon à simuler des changements de rapport comme une vraie automatique et ça marche. Les palettes au volant s’avèrent surtout utiles pour rétrograder. Dans les courbes, l’Impreza se débrouille très bien grâce à sa structure rigide, à sa suspension merveilleusement réglée et à ses roues de bon diamètre. Celles de 16 pouces de la version Touring entraînent un roulement un peu plus souple quand l’asphalte se détériore et coûtent moins cher à remplacer et à chausser que celles de 17 pouces des versions supérieures. Quant aux freins, ils sont très puissants.

Au-delà du confort, les passagers aiment jouir d’un bon espace et, dans le cas de la Subaru Impreza, personne ne se plaindra une fois assis à l’avant. Je m’efforce toujours de positionner le siège du conducteur en fonction d’un gabarit moyen comme le mien (5 pieds et 8 pouces) avant de prendre place à l’arrière; ici, j’ai découvert un généreux dégagement dans toutes les directions et un soutien remarquable pour le bas du dos.

Les dossiers arrière se rabattent 60/40 afin de créer un plancher de chargement plat. Le volume utilitaire augmente du même coup de 637 à 1 486 litres. Un cache-bagages se déroule à partir d’une traverse en aluminium bien conçue; cette dernière est solidement fixée et par conséquent un peu difficile à enlever, mais au moins elle ne vibre pas sur la route. 

C’est ce genre de qualité qui résume bien la Subaru Impreza 2016 dans l’ensemble. Tout chez elle donne l’impression d’être meilleur que la moyenne : une structure rigide, une motorisation efficace, un rouage intégral sophistiqué, un excellent comportement routier, un habitacle bien décoré, des systèmes électroniques impressionnants et une grande fonctionnalité en général. N’oublions pas sa fiabilité et sa valeur de revente. Voilà une voiture qui justifie amplement son prix.
 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Subaru Impreza 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos du Subaru Impreza 5 portes Touring 2016