Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota Yaris berline 2016 : essai routier

Toyota Yaris berline 2016 : essai routier

Plus amusante, mais sera-t-elle aussi fiable? Par ,

Québec, QC – Abandonnée en 2013, la Toyota Yaris version berline effectue un retour en force pour 2016. Le gros désavantage de l’ancienne livrée se trouvait dans la même salle d’exposition et celui-ci s’appelait Corolla. En effet, pour quelques sous de plus, le consommateur pouvait repartir au volant d’une berline compacte bien équipée au gabarit similaire. 

Vous vous demandez sûrement comment le géant nippon compte réussir là où il y a seulement 3 ans, il délaissait le marché des berlines sous-compactes. Les membres de la presse automobile qui étaient présents à ce lancement canadien se le demandent aussi, quoique cette fois-ci, la stratégie n’est pas tout à fait la même. 

Non, le positionnement de cette nouvelle venue n’est pas de plaire à une clientèle dotée d’un budget limité, mais plutôt d’intéresser des gens branchés avides de technologies qui n’ont pas besoin du gabarit d’une compacte ou d’un petit VUS. Bon d’accord, le fameux discours des consommateurs branchés, vous l’avez déjà entendu quelque part… nous aussi figurez-vous donc! Ce que ça veut dire, c’est que la nouvelle Yaris berline se vendra plus cher qu’une berline Corolla CE, à cause de son équipement plus généreux.

Est-ce une Mazda, une Scion ou une Toyota?
Pour l’instant, Toyota Canada ne fait qu’ajouter une berline à sa gamme Yaris, l’édition à hayon étant inchangée… pour le moment! En réalité, malgré l’écusson sur le coffre de la voiture, la berline n’a absolument rien à voir avec la version 5 portes. Cette dernière est assemblée en France, tandis que la berline est un produit mexicain. 

Mais il y a plus, puisque cette berline Toyota est une Mazda, et ce, à tous les niveaux. Eh oui, le véhicule que vous êtes en train de regarder est une berline Mazda2 remaniée par Toyota. En fait, question de mêler les cartes encore plus, nos voisins américains auront droit à la même voiture, mais elle s’appellera iA et sera distribuée au sein de la gamme Scion. 

Outre le museau taillé au couteau et les quelques écussons à l’arrière et au centre des jantes, cette Yaris reprend intégralement le design des plus récentes créations du constructeur d’Hiroshima. L’exercice est assez simple : prenez une berline Mazda3 et laissez-la un peu trop longtemps à la sécheuse. Vous obtiendrez une Mazda2 après coup. 

Peut-on accuser Toyota d’un manque d’originalité dans ce cas-ci? La question mérite d’être posée. Oui, la bouille de la voiture est différente, mais il y a clairement une carence au niveau du design. Cette nouvelle Yaris ne ressemble à aucun autre modèle Toyota, Scion ou Lexus… à l’exception de cette grille de calandre à l’avant bien sûr! Il aurait été intéressant de voir apparaître des feux arrière exclusifs ou même des jantes provenant du département de design de Toyota. Mais bon, au final, cette petite, malgré sa crise d’identité, se fait assez charmante pour séduire ceux et celles qui ne jurent que par les sous-compactes. 

Une ambiance Mazda
Bien entendu, le statu quo se poursuit à l’intérieur. La planche de bord est la même que celle récemment introduite dans le CX-3, à l’exception des coutures et de l’affichage de couleur bleutée. Ah oui, l’écusson en plein centre du volant est un autre indice qu’il s’agit d’une voiture vendue chez Toyota et non chez Mazda. Difficile de parler de la qualité Toyota à bord de cette berline, puisque tout provient du constructeur rival, mais il faut l’avouer, la qualité des matériaux à bord des produits Mazda est en hausse depuis quelques années. 

De son côté, la position de conduite est sans aucun doute plus agressive qu’à bord de la Yaris à hayon, les sièges étant un brin enveloppants. Le volant et le pommeau de vitesse se trouvent aussi à l’endroit idéal pour s’amuser quelque peu sur la route. À l’arrière, l’espace n’est pas aussi vaste que dans une Mazda3 ou une Corolla, mais bon, cette banquette saura dépanner à l’occasion. Quant au coffre, son ouverture n’est pas adéquate pour le chargement d’objets volumineux.

Au volant
Si la Yaris 5 portes s’avère une honnête petite voiture qui assurera une fiabilité irréprochable à son propriétaire, et ce, pendant de très longues années, c’est au chapitre de l’agrément de conduite que celle-ci perd quelques points. Non pas qu’elle soit ennuyante à mourir, mais disons qu’il y a place à amélioration. En s’associant avec Mazda pour cette Yaris 2016, Toyota s’assure au moins d’une chose : rehausser l’expérience derrière le volant. 

Voyez-vous, Mazda n’a peut-être pas la réputation impénétrable de son concurrent Toyota, mais en revanche, tous les produits tatoués du « M » ont ce petit quelque chose qui accroche un sourire au visage des conducteurs du monde entier. En étant basée sur la Mazda2, la berline Yaris 2016 surpasse déjà son équivalente à 5 portes. 

Ironiquement, la berline est équipée d’une mécanique 4-cylindres de 1,5-litre de cylindrée (la même que dans la Yaris à hayon), mais ce bloc n’a rien à voir avec celui qui est boulonné sous le capot de la Yaris depuis plus d’une décennie. Non, il s’agit d’un moteur SKYACTIV développant 106 chevaux et 103 lb-pi de couple, ce dernier pouvant être couplé à une boîte de transmission manuelle ou à une automatique comptant chacune 6 rapports. Voilà un avantage indéniable par rapport à l’autre variante.

En fait, l’expertise Mazda donne à cette Yaris une agilité insoupçonnée au sein du segment. La berline Yaris 2016 possède une direction des plus précises, sa suspension procure une excellente tenue de route, tandis que le freinage est bien dosé malgré les tambours à l’arrière. À plusieurs reprises, j’ai dû réduire la cadence sur les routes sinueuses de la région de la Ville de Québec de peur de devoir m’expliquer avec un représentant des forces de l’ordre. La berline Yaris est vraiment plaisante à piloter, que ce soit avec la boîte manuelle ou l’automatique!

Conclusion
Avec un prix de départ de 16 995$ pour la berline à boîte manuelle et 18 200$ pour l’édition dotée du Groupe Amélioré, la Yaris s’oriente vers un public un peu plus à l’aise financièrement. Toutefois, c’est la liste d’équipement monté à bord qui fait grimper la facture. Ces commodités (régulateur de vitesse, bouton-poussoir, climatisation, glaces électriques assistées, commandes audio au volant, etc.) ajoutent une plus-value à l’expérience, ce qui n’est pas toujours le cas à bord des modèles de base du constructeur. 

À ce niveau, la berline Yaris en offre plus qu’une Corolla, ne serait-ce que pour son agrément de conduite. La seule question qui demeure en suspens concerne la fiabilité de la Yaris. Sera-t-elle aussi robuste que son ancêtre? Seul le temps pourra nous le dire…

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Toyota Yaris 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Toyota Yaris Berline 2016
Toyota Yaris Berline 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :V.Aube
2016 Toyota Yaris pictures