Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volkswagen GTI Performance 2016 : essai routier

Volkswagen GTI Performance 2016 : essai routier

La GTI du gentilhomme Par ,

Que signifie GTI? Eh bien, ces lettres étaient jadis associées à une performance brute et à une tenue de route ferme, au détriment du confort et des commodités. Elles désignaient une voiture de calibre supérieur, mais à prix abordable, pour ceux qui s’intéressaient davantage à la vitesse qu’à l’économie d’essence. La recette a fonctionné — trop bien, en fait.

La première Volkswagen GTI a vu le jour il y a 40 ans environ et plusieurs autres marques ont repris le concept, si bien que ce dernier a évolué au point de s’écarter de ses origines. Les consommateurs ont demandé et obtenu plus d’équipement, plus de puissance. Bref, tout ce qui reste en commun avec la GTI initiale est la promesse d’une performance plus relevée… et les 3 lettres.

La GTI réinventée
Je possède une Jetta GLI de 2e génération (l’équivalent berline de la GTI), alors quand je désire me retrouver dans une voiture moins encombrée et qui va droit à l’essentiel, je peux le faire. Si je veux une bonne dose de plaisir de conduire à la sauce moderne, je me tourne vers la nouvelle Volkswagen GTI.

Le constructeur allemand a eu beaucoup de temps pour améliorer et parfaire la formule de la GTI, malgré mon souhait de revenir à une époque où les choses étaient plus simples. Ayant conduit chacune des générations de la voiture, je suis d’accord avec tous ceux qui affirment que l’actuelle et 7e GTI est la meilleure depuis la seconde, fabriquée il y a une trentaine d’années. Les 1re et 2e générations restent imbattables.

Est-ce à dire que les gens de Wolfsburg ont fait un retour aux sources? Pas vraiment, du moins pas en totalité. La nouvelle GTI regorge de gadgets et de technologies, mais elle a regagné la tactilité que les 4 précédentes avaient graduellement perdue.

Réglée à la perfection
Tout est une affaire de sensation quand on évalue les mécanismes et les systèmes d’une voiture comme la Volkswagen GTI 2016. La direction est lourde et peu vivante malgré l’assistance électrique (rien à voir avec un modèle 1985, toutefois). La réponse de l’accélérateur est bonne, tandis que la suspension communique assez bien pour qu’on se sente impliqué dans la conduite.

Sous le capot se trouve le très agréable moteur turbocompressé de 2,0 litres de Volkswagen. Pour cette génération, sa puissance a grimpé à 210 chevaux (+10); en version Performance, comme celle que j’ai essayée, elle atteint 220 chevaux. Le couple généreux totalise quant à lui 258 livres-pied, et ce, dès 1 600 tours/minute.

Mécanique et électronique
Ce moteur reste l’un des mieux adaptés à la conduite tous les jours, surtout quand il fait équipe avec l’excellente boîte à double embrayage DSG à 6 rapports. Dans un petit match comparatif que Miranda et moi avons organisé récemment, cette boîte de vitesses ultra rapide d’exécution a facilement surclassé l’élastique CVT de la Subaru WRX, aidant même la GTI à compenser son manque de puissance par rapport à sa rivale japonaise (268 chevaux). Que ce soit en mode automatique ou manuel, la DSG aime aussi bien les manœuvres dans les cours de stationnement que les folles attaques sur un circuit.

La version Performance de la Volkswagen GTI 2016 comprend également des étriers de freins ornés du logo GTI, un système de contrôle dynamique du châssis, un différentiel avant verrouillable et des pneus d’été de performance. Tous ces éléments à l’exception du premier aident à bien transmettre la puissance à la route. Il n’y a pas un moment où le moteur s’essouffle, la cavalerie se déployant entièrement à partir de 4 300 tours/minute, soit seulement 100 tours après que le couple se mette à diminuer. Une forte pression sur la pédale entraîne donc une accélération rapide et sans délai.

Le bonheur au volant
La GTI permet de choisir entre les modes Normal, Sport et Personnalisé. Le système de contrôle dynamique du châssis de la version Performance ajoute un mode Confort via un amortissement adaptatif en compression et en détente. Ajoutez à cela la nouvelle et rigide plateforme MQB de Volkswagen, inaugurée en Amérique du Nord par l’actuelle Golf, et vous comprendrez encore mieux la fougue dont fait preuve la GTI 2016. Sa capacité à coller à la route et à absorber les chocs est pratiquement sans égal. Mazda est sans doute le seul autre constructeur qui peut en faire autant.

Conduire la nouvelle Volkswagen GTI est purement et simplement divertissant. Le moteur turbo nous fait cadeau d’un couple abondant sans attendre et la boîte DSG effectue ses tâches avec grâce et détermination. L’adhérence de la voiture est vraiment incroyable; merci entre autres aux pneus de performance optionnels et à la ténacité du train avant, qui résiste au sous-virage. Négocier des courbes serrées à vive allure s’avère tout aussi facile et amusant que se la couler douce sur de longues autoroutes.

Semi-chic
La Volkswagen GTI a toujours été une Golf endimanchée — enfin, presque. Toutes les générations sauf la 1re revêtaient de plus grandes jantes, des garnitures différentes et quelques autres touches distinctives. Dans un monde qui rime maintenant avec excès et extravagance, il est bon de voir que la GTI évite les ornements de mauvais goût.

La 7e génération arbore de série des roues de 17 pouces, un faciès d’allure agressive, la fameuse bande rouge sur la calandre et 2 embouts d’échappement à l’arrière. Des jantes de 18 pouces figurent en option, tout comme des phares au xénon ou à DEL. De loin, la couleur de la carrosserie peut aussi faire une différence, surtout le Rouge tornade. Habillée en Argent reflex (une teinte exclusive à la GTI), la voiture affiche beaucoup de classe et d’élégance.

L’habitacle abonde dans le même sens. Tout dans le décor se rapproche d’un modèle de luxe. Ce que je préfère, cependant, ce sont les sièges en tissu Clark à motif carrelé ou en cuir Vienna noir Titan. Je ne me tannerai JAMAIS de leur style ni de leur excellent équilibre entre confort et soutien.

Pour 2016, un nouveau système d’infodivertissement est inclus et, grâce à App Connect, ceux qui possèdent un téléphone intelligent peuvent profiter d’Android Auto, d’Apple CarPlay ou de MirrorLink. Une caméra de recul fait aussi partie de l’équipement.

Il n’y a qu’une voiture comme la GTI
Il est impossible de critiquer la GTI sans faire preuve de mauvaise foi. Même un grand amateur de Honda que je connais n’a rien trouvé de mal à dire à son sujet. La concurrence se résume pour le moment à la Ford Focus ST (à traction) et à la Subaru WRX (à transmission intégrale). La future Honda Civic Si (ou Type R) viendra cependant ajouter de la pression sur la GTI.

Dans mon livre à moi, la Focus ST n’est pas amusante. La WRX est imbattable face aux intempéries, mais la Volkswagen GTI est la grande championne. Son prix de base s’élève à 28 595 $, ce qui est somme toute raisonnable. Mon modèle d’essai Performance à 5 portes avec boîte DSG valait 39 495 $.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Volkswagen GTI 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Volkswagen GTI 2016
Volkswagen GTI 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :S.D'Amour
2016 Volkswagen Golf GTI pictures