Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volkswagen Routan Highline 2011 : essai routier (vidéo)

Volkswagen Routan Highline 2011 : essai routier (vidéo)

Il doit y avoir une bonne raison Par ,

Oui, il doit y avoir une bonne raison pour que Volkswagen se soit lancée dans cette aventure avec Chrysler. L'entente sentait mauvais dès le début, ou, au mieux, semblait louche. Pourquoi un constructeur automobile célèbre pour ses transporteurs (je pense notamment à la superbe Type II) ferait-il affaire avec le fabricant de la fourgonnette la plus connue et populaire au monde? Pour y coller son logo? Y a-t-il une bonne raison, autre que de flanquer les lettres VW sur une fourgonnette nord-américaine afin de graver la combinaison dans notre psyché collective?

Volkswagen Routan Highline 2011 vue 3/4 arrière
Je vous suggère d'oublier la Routan, de louer une Grand Caravan et de revenir voir ce que Volks fait de bon dans 24 mois. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)

Les médias ont cloué la Routan au pilori, et moi aussi d'ailleurs. Peut-être surtout parce que la Routan n'est pas une Volks, d'abord et avant tout. Les gens en général n'aiment pas qu'on rie d'eux, et vendre un même modèle sous une marque différente fait vraiment vieux jeu; la pratique est même condamnée. Et voilà qu'en 2011, une fourgonnette VW-Chrysler poireaute dans les salles d'exposition contemporaines de Volkswagen. Je repose la question : Pourquoi?

Un gâteau américain au glaçage allemand
Avant de me laisser emporter, permettez-moi de vous décrire la Volkswagen Routan 2011. De l'avant, on dirait une Volks tout craché. En effet, il n'en faut pas plus que la calandre si caractéristique pour reconnaître une Volkswagen ces jours-ci. Les phares aident aussi, et les feux arrière évoquent d'autres produits issus de Wolfsburg. Mais le reste relève uniquement de Chrysler. Pas mal pour autant, car le duo Grand Caravan/Town&Country a honnêtement de la gueule.

À l'intérieur, VW a peaufiné l'essentiel, dont les instruments, le volant et les sièges, et Chrysler et Mercedes se sont occupés du reste. On y trouve toujours des traces de l'époque DaimlerChrysler, comme les commandes des vitres électriques et le porte-clés. Le constructeur américain a rafraîchi l'habitacle de tous ses produits récemment, et la Routan a donc profité d'une bonne cure de rajeunissement. Bref, on parle d'un bon assemblage, d'une bonne finition, d'un bon confort et même d'une bonne polyvalence. Il s'agit, après tout, d'une Grand Caravan.

Malgré la mauvaise réputation des fourgonnettes, la Routan ne vous laissera jamais sur votre faim en matière de fonctionnalité intérieure. Bon, ce n'est pas tout à fait vrai. Cruel fléau de la Volkswagen Routan : elle n'hérite pas du système de sièges Stow n' Go breveté et super pratique de Chrysler. Chose que j'avais oubliée (et qui m'a amèrement déçu) jusqu'à ce que j'essaie d'y charger un truc encombrant.