Style et économie

Ford Mustang V6 cabriolet 2011 : essai routier

Ford Mustang V6 cabriolet 2011 : essai routier
Je suis un fan de Mustang. Un vrai. En fait, depuis que je suis au monde, je me suis fait bercer par le son du moteur de ce muscle car. Dans les années 60 (et je n’ai pas besoin de préciser pour que vous en sachiez davantage sur mon âge), mon père possédait sa première Mustang.

La nouvelle Mustang, même avec sa plus petite motorisation, ne dénature en rien la marque. (Photo: Ford)

Depuis, il a changé quelquefois de voitures, mais a toujours gardé dans sa mire la Mustang. Il en possède d’ailleurs une, cabriolet, qui date de quelques années. Mon père attendait avec impatience mon jugement sur la version 2011 du moteur V6, car pour lui, la puissance ne prime pas.

Je n’aurai qu’un seul mot : papa, vas-y sans crainte, la nouvelle Mustang, même avec sa plus petite motorisation, ne dénature en rien la marque. Au contraire, elle constitue une des plus belles évolutions que l’on pouvait espérer.

Un style qui ne ment pas
De l’extérieur, la Mustang 2011, peu importe ce qu’elle cache sous le capot, reflète un joli triomphe. On a réussi à préserver ce qui faisait la personnalité de la voiture, tout en lui donnant un petit quelque chose de moderne.

Les améliorations apportées à la carrosserie sont subtiles bien qu’agréables, et il faut une observation attentionnée, ou un passionné comme mon père, pour noter les changements. Dans les faits, on a plutôt opté pour le maintien des lignes développées depuis deux ans, incluant un long capot plongeant, des phares à l’allure méchante, et des feux arrière plus découpés.

Elle vieillit donc bien en sagesse et en raison, gardant même son style intérieur remarquablement nostalgique, mais tout à fait moderne.

Économe mais puissante
La beauté de la Mustang, on la perçoit sous le capot et au volant. Cette année, les motorisations ont connu un vif regain de puissance, et le 5.0 litres par exemple, n’a plus rien d’hésitant. Toutefois la véritable trouvaille, et celle qui constitue l’essentiel même des ventes de la légendaire Ford, c’est le moteur V6 que l’on a aussi retravaillé.

Cette année, ainsi outillée, la Ford Mustang développe rien de moins que 305 chevaux, ce qui n’est pas rien, il faut le dire, avec une économie d’essence accrue de 20% environ. On a beau dire que l’on n’achète pas une Mustang pour la raison et pour la consommation, quand les deux sont réunis, on a un choix gagnant.

La Ford Mustang développe rien de moins que 305 chevaux. (Photo: Ford)

Par Bertrand Godin,

Pas de commentaire