Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

24 Heures du Mans: Satoshi Motoyama a tout tenté (+vidéo)

24 Heures du Mans: Satoshi Motoyama a tout tenté (+vidéo)

Par ,

Satoshi Motoyama a fait tout ce qu'il pouvait pour tenter de réparer, à lui seul, la DeltaWing après avoir été expédié dans le mur suite à un contact avec la Toyota n° 7.

Après six heures de course, Satochi Motoyama, qui partageait le volant avec Marino Franchitti et Michael Krumm, était poussé dans le mur par la Toyota TS030 alors pilotée par son compatriote Kazuki Nakajima.

Pendant près d'une heure et demie, Motoyama a tenté de réparer la voiture pour essayer de la ramener aux puits, mais les dégâts occasionnés tant à l'avant droit qu'à l'arrière droit étaient trop importants. Si les membres de l'équipe DeltaWing Highcroft pouvaient donner des instructions au pilote japonais, ce dernier était la seule personne à pouvoir intervenir sur la voiture, alors rangée sur le bord de la piste.

L'abandon était finalement inéluctable, une vraie déception pour la DeltaWing qui remontait patiemment dans le peloton après un problème de boîte de vitesse un peu plus tôt.



Michael Krumm avait pris le départ de cette voiture présentant la moitié du poids, la moitié de la puissance, et la moitié des appuis aérodynamiques d'un prototype LM classique. Le pilote allemand a effectué un relais de plus de trois heures au volant avant de céder le volant à Motoyama. Marino Franchitti, qui fut le pilote de développement initial du projet, n'a même pas pu prendre le volant en course.

« Lorsque la course était relancée à l'issue de la période de safety car, j'ai fait attention à ne pas gêner les leaders, mais la Toyota est venue sur moi et m'a heurté violemment, a expliqué Motoyama. Une fois sur l'herbe, je ne pouvais rien faire. La DeltaWing a heurté violemment le mur, mais j'étais déterminé à ramener la voiture aux puits ».

« Nous avons tenté pendant un long moment de trouver un moyen de ramener la voiture, mais les dégâts étaient trop importants, a-t-il ajouté. J'ai eu tellement de plaisir à piloter la voiture, et j'ai adoré travailler avec Marino, Michael et l'équipe tout entière. Nous avons montré ce que pouvait être le futur du sport automobile, très efficace. J'espère que j'aurais à nouveau l'opportunité de piloter la voiture, car nous n'avons pas fini notre travail. Je suis certain que la voiture aurait roulé longtemps sans ce contact ».