Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Ancien ingénieur d'Ayrton Senna, Steve Hallam, se souvient

Ancien ingénieur d'Ayrton Senna, Steve Hallam, se souvient

Par ,

Voici notre troisième article spécial consacré à la commémoration du 20e anniversaire du décès du triple champion du monde de Formule 1, Ayrton Senna.

Auto123.com a rejoint Steve Hallam, ingénieur britannique, qui a travaillé durant plusieurs saisons avec Senna. Aujourd’hui directeur général de TEKNO Autosports en Australie, Hallam a passé 27 saisons en F1, incluant 18 chez McLaren à titre de directeur des opérations de courses.

F1 Ayrton Senna Steve Hallam
Steve Hallam avec Ayrton Senna (Photo: Archives personnelles Steve Hallam)

« J’ai été l’ingénieur d’exploitation d’Ayrton Senna chez Lotus du début de 1985 à la fin de 1987, puis chez McLaren de 1991 à 1993 », nous a raconté Hallam.

« Nous l’avons vu évoluer comme pilote. Il cherchait constamment les moyens pour devenir un pilote plus complet », a-t-il précisé.

« Il voulait avoir une excellente connaissance technique de sa voiture. Il savait fort bien qu’il n’était pas un ingénieur, mais il voulait à tout prix comprendre le fonctionnement des composantes afin de faciliter les échanges avec les ingénieurs », d’ajouter Hallam.

« Avant que nous utilisions un système d’acquisition de données informatique chez Lotus, Ayrton pouvait facilement nous répéter les informations qu’avaient affiché les cadrans analogiques. Puis, nous avons installé un capteur sur une roue qui nous donnait la vitesse de la voiture. Ayrton était capable de nous communiquer des informations comme ‘J’ai gagné un mille à l’heure au point de corde de tel virage’. Il possédait une habilité remarquable à déterminer ce qu’il devait nous dire pour nous aider à améliorer la voiture », de dire le Britannique.

F1 Ayrton Senna Lotus Estoril Steve Hallam
Steve Hallam avec Ayrton Senna (Photo: Archives personnelles Steve Hallam)

Par la suite, l’écurie Lotus a implanté un premier système d’acquisition de données.

« La plupart des pilotes ont jugé ce système très intrusif. C’est comme si on ne leur faisait plus confiance. Mais Ayrton a immédiatement constaté que cela serait un outil formidable. Ce système nous permettait de quantifier les secteurs où nous pouvions améliorer la voiture. Après les essais, il s’asseyait avec nous devant les écrans et nous disait comment la voiture réagissait à des moments précis », d’expliquer Hallam à Auto123.com.

Alors qu’il s’apprêtait à disputer la saison 1987 aux commandes de la Lotus-Honda jaune Camel, Senna changea d’attitude.

« Il n’était plus le même. Au cours des 32 Grands prix précédents disputés avec nous (Lotus), Ayrton avait démontré hors de tout doute, avec 15 pôles et quatre victoires, qu’il était le pilote le plus rapide en F1. Toutefois, il a commencé la saison 1987 différemment. C’est comme s’il s’était dit ‘Je suis maintenant prêt à décrocher le titre’. Il était plus mature ; avec une attitude différente. Il plaçait toujours sa voiture en pôle, mais il savait maintenant qu’il ne pouvait pas gagner toutes les courses. Son nouvel objectif était de terminer les courses à la meilleure position possible. Il pouvait accepter des compromis. C’était une différence vraiment majeure », de poursuivre Hallam.

F1 McLaren Steve Hallam
Steve Hallam chez McLaren (Photo: WRI2)

Toutefois, l’écurie Lotus fonctionnait avec un budget désormais très limité et ses dirigeants savaient fort bien qu’ils ne pourraient pas longtemps retenir Senna. Et Steve Hallam décida de partir pour se joindre à McLaren.

« Ron Dennis de McLaren a constaté le changement d’attitude chez Senna. Il l’a engagé pour la saison 1988 et Ayrton a immédiatement décroché le titre en dépit de l’énorme opposition que lui a mise son équipier, Alain Prost. Mais Ayrton était devenu très fort mentalement. Il était maintenant capable de faire fi des déceptions et de lutter encore plus fort. Son titre obtenu en 1991 en est un exemple classique. Sa détermination était sans faille. Il n’a jamais baissé les bras contre Nigel Mansell et est parvenu à décrocher le titre », se souvient Hallam.

Cette année-là, Ayrton Senna a compté des points lors de 14 des 16 courses, incluant six victoires. Son grand rival, Nigel Mansell, n’a terminé dans les points qu’à 10 reprises, dont cinq victoires.

« Mon meilleur souvenir avec Ayrton est sans nul doute celui de la première victoire en F1 à Estoril en 1985. Il était sans contredit le maître des éléments déchaînés dans le déluge. Il a fait paraître cette victoire très facile devant toutes les stars de la F1. Les autres n’ont jamais pu atteindre son niveau de perfection. Toutefois, il est demeuré humble et modeste en dépit de son insolente domination. Sa course à Donington en 1993 fut aussi extrêmement impressionnante, mais Estoril demeure le plus beau moment selon moi », de conclure Hallam.

F1 Ayrton Senna Lotus Estoril Steve Hallam
Steve Hallam et les autres membres de l'écurie Lotus célèbrent la première victoire d'Ayrton Senna au Portugal en 1985. (Photo: Archives personnelles Steve Hallam)