Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Au volant de la Cadillac semi-autonome de GM

Au volant de la Cadillac semi-autonome de GM

L'ultime ange-gardien électronique Par ,

MILFORD, Michigan - Traitez-moi de réfractaire ou d'arriérée si vous voulez, mais les nouvelles technologies à bord de nos véhicules me dérangent plus qu'elles m'excitent. Toutes mes voitures ont précédé l'ère de la connectivité; d'ailleurs, je n'ai jamais branché mon cellulaire à mon auto pour la simple et bonne raison que je le garde habituellement éteint quand je conduis.

Désolée pour ceux et celles qui ont entendu un bruit agaçant lors d'un récent lancement de véhicule où l'on a annoncé une fonction Facebook dans son système d'infodivertissement : c'était moi qui grinçais des dents. Voyez-vous, je fais partie de cette minorité démodée qui pense que conduire est un privilège et un art exigeant toute notre attention. Par conséquent, j'aimerais beaucoup mieux qu'on investisse des milliards dans la formation des conducteurs que le développement de nouveaux gadgets.



Contrairement aux Européens, qui aiment prendre la route, les Nord-Américains voient majoritairement la conduite comme un calvaire. Plusieurs doivent parcourir quotidiennement de longues distances juste pour se rendre au travail. Incapables d'endurer toutes ces heures à « ne rien faire », ils se cherchent une foule d'activités et de conversations pour passer le temps. Il leur faut donc une véritable équipe d'anges-gardiens électroniques pour assurer leur sécurité.

« Les gens agissent déjà comme s'ils conduisaient des voitures semi-autonomes », ironise Alan Taub, vice-président de la recherche et du développement chez General Motors.

Il n'y a pas si longtemps, la technologie se concentrait à protéger les occupants en cas de collision. Les récents progrès dans le domaine des capteurs nous rapprochent toutefois d'un monde sans collision.

Je me suis donc retrouvée dans le siège du « conducteur » d'un Cadillac SRX semi-autonome au centre d'essai de GM, à Milford, au Michigan. Circuit après circuit, je grattais nerveusement mes pantalons pour m'empêcher d'agripper le volant. Gouverné par ce que la compagnie appelle « Supercruise », le luxueux multisegment pouvait demeurer dans sa voie, ralentir afin de garder une distance sécuritaire avec le véhicule devant lui, puis réaccélérer une fois le champ libre.

Il s'agit d'un prototype de voitures semi-autonomes que GM promet de mettre sur le marché d'ici 2020. Misant sur la « fusion des capteurs », un système qui fait appel à un radar, à des caméras et à des capteurs ultrasoniques, elles permettront une détection périphérique totale des risques de collision.

(Photo: General Motors)

Après les premières (longues) minutes d'angoisse et de doute quant aux capacités de mon SRX semi-autonome, je me suis sentie étonnamment à l'aise. Certes, il m'a fallu le diriger moi-même vers la piste et l'amener dans sa voie, mais le véhicule a merveilleusement réussi à garder le cap. À 100 km/h, j'ai appuyé sur le bouton « Supercruise » et une série de clignotants sur le volant sont passés du bleu au vert pour m'indiquer que le SRX venait de prendre le contrôle.

Je pouvais influencer ses mouvements en utilisant les flèches sur le volant ou en donnant un petit coup de coude aux appuis latéraux du siège. Sans blague! Et quand une Cadillac CTS a ralenti devant moi, le SRX a freiné jusqu'à ce qu'elle change de voie. Puis, il a calmement regagné sa vitesse de croisière.

Ça donne des frissons, mais ça fait aussi réfléchir. Évidemment, la technologie ne nous permet pas encore d'être de simples passagers à bord de nos véhicules. Le système mis à l'essai ne fonctionne que sur des voies clairement délimitées, donc pas sur le gravier ni sur la neige. Un jour, cependant, il pourrait y avoir des capteurs encastrés dans les routes ou encore des marqueurs contrôlés par satellite.

Que doivent en penser Monsieur et Madame Tout-le-monde (je ne parle ni des mordus de gadgets qui doivent jubiler, ni des vrais amateurs de conduite qui se scandalisent)? Grâce aux véhicules semi-autonomes, ils pourront enfin lire et envoyer des textos en toute tranquillité, se retourner pour discuter avec les passagers arrière ou même finir de se maquiller ou de préparer leur présentation avant d'arriver au bureau.

Ceux d'entre nous qui conduiront encore seront reconnaissants des progrès de la technologie pour garder ces obsédés de la communication dans leur voie...