Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Automobile électrique, hybride, essence, piles à combustible?

Automobile électrique, hybride, essence, piles à combustible?

Par ,

La motorisation automobile pose un important dilemme. Une Lexus GS 450 h hybride par exemple, est munie d’un moteur à essence de 300 HP et d’un moteur électrique de 50 HP. Elle est aussi munie d’un indicateur de puissance produite. Lors d’un essai, pour maintenir une vitesse constante de 100 km/h, le moteur produisait 35 HP. Dans la circulation de tous les jours, 50 HP suffisaient à suivre le flot dans la circulation urbaine, ou sur l’autoroute vers la banlieue. Alors, pourquoi 350 HP? Afin de permettre des dépassements rapides? … D’offrir au propriétaire une puissance que l’on s’attend d’une voiture de luxe?

Lexus GS 450 h hybride 2010

Le moteur à essence a un vilain défaut; sa consommation par HP produit n’est pas constante. En effet, le moteur à essence est le plus économique lorsque l’accélérateur est ouvert au maximum et que le moteur tourne entre 50% et 66% de sa vitesse maximale. En dehors de ces paramètres, sa consommation augmente de façon importante. La plus part du temps, un moteur d’automobile est utilisé en dehors de sa plage économique. Contrairement à la consommation du moteur à essence, la consommation du moteur électrique est linéaire; s’il fonctionne à 10%, il consomme 10%.

Moteur puissant pour des dépassements sécuritaires, mais peu efficace 95% du temps; tout un dilemme!

La motorisation électrique

La motorisation électrique automobile est avec nous depuis longtemps. La première invention de Ferdinand Porsche fut celle d’un moteur roue électrique en 1897!. Au début du XX siècle, la motorisation électrique était aussi populaire que la vapeur ou l’essence.

On l’appréciait parce que la mise en marche ne nécessitait que la manipulation d’un interrupteur. Qu’un couple moteur important était disponible même si le moteur ne tournait pas, éliminant la nécessité d’un embrayage. Et parce que la puissance disponible étant directement proportionnelle à la vitesse du moteur, une boîte de vitesse difficile à utiliser à l’époque, n’était pas nécessaire. La popularité de la motorisation électrique déclina rapidement à cause de son autonomie limitée et avec l’avènement du démarreur électrique et de la boîte synchronisée pour la motorisation à essence.