Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Bilan du Salon international de l'auto de Londres

Bilan du Salon international de l'auto de Londres

Par ,

C'est maintenant le temps de faire mes valises et de rentrer à la maison. Ma semaine à Londres a été très excitante et, en plus de m'être amusé, j'ai appris beaucoup de choses tout au long de ce séjour.

Évidemment, j'ai contemplé des véhicules sensationnels. Je dirais même que le simple fait de me tenir aux côtés d'une Bugatti Veyron valait à lui seul le déplacement. Je me sens également privilégié d'avoir assisté au dévoilement de la toute nouvelle Lotus Evora, une voiture qui aidera grandement à populariser la marque anglaise... à condition qu'elle nous soit enfin accessible!

Bugatti Veyron

J'ai aussi réalisé que, malgré tous leurs déboires en Amérique du Nord, les constructeurs américains semblent connaître un fort succès en Europe. Plusieurs de leurs modèles exclusifs à ce marché ont profondément attiré mon attention. (Je crois que les Britanniques peuvent en dire autant des véhicules nord-américains vendus chez eux.)

Visiblement, les temps changent! L'échange de véhicules, de designs et de technologies entre les deux côtés de l'Atlantique est tout simplement remarquable. Cela dit, je doute que nous verrons apparaître un jour une voiture «universelle», car chacun a sa propre vision des choses... même s'il envie un peu secrètement ce que font les autres.

Au fond, les différences sont naturelles et ô combien enrichissantes. C'est entre autres pour cette raison que nous salivons à la vue d'un bolide exotique. Laissez-moi vous dire que j'en ai bavé un coup au salon de Londres; en fait, je ne me rappelle pas avoir vu autant de voitures extravagantes et luxueuses sous un même toit.

Ce qui m'a fasciné, c'est l'évolution des salons automobiles en tant que tel. Les stratégies ont bien changé et, de nos jours, il n'est pas rare de voir quelques manufacturiers s'absenter d'un salon, que ce soit Londres ou même Détroit, pour se tourner vers un médium encore plus puissant: Internet.

Certes, pareils événements auront toujours leur place et leur raison d'être. Ce sont des lieux de rêve et de rencontre, que l'on soit acheteur ou simple amateur. Amis et familles s'y rassemblent, les pères montrant à leurs fils les merveilles de l'automobile... avant que ces derniers ne choisissent leurs propres modèles favoris et qu'ils en rêvent jusqu'au jour où ils deviendront propriétaires.

À mon avis, les compagnies qui pensent pouvoir se permettre de manquer un salon de l'auto sont totalement dans l'erreur. Bien que personne n'achète, le contact avec la clientèle est beaucoup plus fort et plus étroit que par n'importe quelle campagne publicitaire. Après tout, on ne peut «sentir» une voiture tant que l'on ne s'est pas assis dedans.

Je me souviens encore de mon tout premier Salon de l'auto de Londres, alors que j'étais gamin. Une des voitures dans lesquelles je m'étais campé se trouve aujourd'hui dans mon garage -- et ce n'est pas un hasard!

Bon, je vous laisse; j'ai un avion à rattraper!
photo:Kevin Corrigan