Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Cadillac revient en force

Cadillac revient en force

Par ,

J'ai récemment conduit non pas une, mais bien deux Cadillac : une XTS et une ATS. Avant ça, ma dernière expérience avec la marque remontait à l'été 2012 : j'avais essayé et comparé deux Escalade. Or, mis à part un emblème surdimensionné et une orgie de chrome, je n'ai jamais considéré ce VUS comme un vrai modèle Cadillac.

Durant mon adolescence, un de mes oncles possédait quelques Fleetwood datant de la fin des années 1970 jusqu'à la fin des années 1980, dont une de 1987 à empattement allongé. J'ai eu la chance d'y prendre place et même de les conduire et, pour moi, ces voitures reflètent parfaitement l'image et la tradition de Cadillac.

Aujourd'hui, mon oncle s'en est débarrassé au profit d'une superbe décapotable Deville 1967 avec laquelle je me promène parfois en ville.

Nous sommes tous les deux d'accord pour dire que les gros bateaux luxueux ont toujours été et resteront toujours le cœur et l'âme de Cadillac. La division de prestige de GM aurait d'ailleurs pu changer de nom au cours des 24 derniers mois et personne n'aurait rouspété.

Maintenant bien ancrée dans le 21e siècle, Cadillac parvient à redorer son blason, terni par les nombreuses mauvaises décisions des années 1980, 1990 et début 2000. Jadis, il était ridicule de la comparer aux Allemandes et aux Japonaises; en 2013, comme sortie de nulle part, Cadillac s'impose à nouveau parmi les grandes marques automobiles de ce monde, bien que sous un jour différent.

Ses dirigeants ont réussi à trouver une niche – ou plutôt permis à Cadillac de faire sa propre niche – dans le segment des voitures de luxe. Pendant trop longtemps, ils ont essayé de faire revivre le passé et se joindre à la parade (en vain) au lieu de se tourner vers l'avenir et de vouloir prendre les devants. L'ATS, la XTS et la nouvelle CTS rivalisent avec certains produits allemands sans chercher à les imiter, ce qui est selon moi une brillante stratégie.

Prochaine étape? Donner à chaque modèle une identité propre qui va au-delà du nom. En effet, bien que j'aime beaucoup l'ATS, je pense qu'elle a besoin de trouver une voix plus expressive : son moteur turbo de 2,0 L s'avère trop silencieux, voire ennuyant. Une ATS-V réglerait sans doute le problème.

En somme, Cadillac est bel et bien de retour. Mes toutes dernières expériences m'ont ravi et je suis impatient de découvrir ce qui s'en vient.
 
Cadillac CTS 2014 vue 3/4 avant
Photo: Kevin Corrigan