Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chronique Bruno Spengler : Une solide remontée en Espagne

Chronique Bruno Spengler : Une solide remontée en Espagne

Par ,

Bonjour à tous,

Je vous écris de Strasbourg, où je suis de retour depuis lundi soir après ce week-end barcelonais. Un week-end un peu décevant, gâché dès les qualifications où j’ai écopé d’une pénalité…


J’ai pris l’avion jeudi dans l’après-midi, pour atterrir en Catalogne après une petite heure et demie de vol. À peine sorti de l’aéroport, je me suis rendu au centre-ville de Barcelone, où j’avais rendez-vous avec des journalistes de la chaîne de télévision allemande ARD pour une interview dans un café, près du bord de mer.

Une fois cet entretien terminé, direction le circuit, pour un petit jogging aux environs de 18h, histoire de se mettre en jambes. Après un dîner sur le circuit, il était temps de rejoindre l’hôtel où nous logions, dans la petite ville de Granoller. Superbe!

Vendredi matin, petite séance d’échauffement avec un peu de vélo d’ appartement dans la salle de sport de l’hôtel, avant de retrouver le circuit. Un tracé que j’apprécie, qui reprend en grande partie le tracé utilisé par les Formule 1 lors du Grand Prix d’Espagne. Mais un circuit où il est malheureusement très difficile de dépasser. Il faudra élaborer les stratégies en fonction de ce paramètre…

En arrivant sur le circuit, j’ai également appris que la course de Barcelone était ma 50e en DTM. Je n’y avais pas prêté attention… Le temps passe vite, mais parmi les pilotes officiels, je fais encore partie des « nouveaux venus » par rapport à des pilotes comme Ekström, Scheider, Tomczyk ou Gary (Paffett), par exemple.

Lors des différents briefings en compagnie de mes ingénieurs, nous avons évoqué la météo, et évoqué le programme de travail des essais libres du samedi matin. Ensuite, comme d’habitude, place au roll-out en fin d’ après-midi, histoire de vérifier que tout est en place, mais aussi de s’ essayer une première fois aux arrêts aux puits, et aux simulations de départ.

Le soir, nous nous sommes retrouvés pour dîner dans l’hospitalité Mercedes-Benz, avec les autres pilotes de l’équipe.

Samedi matin, place aux choses sérieuses, avec les premiers essais libres. Après une averse, la piste était trempée en début de séance, et nous avons tous patienté dans les puits pendant près de trois quarts d’heure avant de prendre la piste!

Nous avons pu ensuite commencer notre programme d’essai habituel : d'abord, régler la voiture au mieux pour la course, puis préparer les qualifications en toute fin de séance. Les Audi se sont montrées performantes, mais pas d’ inquiétude à avoir, cela n’était pas vraiment révélateur…