Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Compte-rendu de l'industrie : Mitsubishi se restructure pour le marché canadien

Compte-rendu de l'industrie : Mitsubishi se restructure pour le marché canadien

Mitsubishi renforce sa gamme pour tenter à nouveau une percée sur le marché canadien Par ,

Mitsubishi renforce sa gamme pour tenter à nouveau une percée sur le marché canadien

Vous devrez excuser les gens de Mitsubishi pour leur emballement. Ce n’est pas à tous les jours qu’on inaugure un joli modèle cabriolet pour les
L’autonomie est une chose agréable, mais pas autant que cette nouvelle Eclipse Spyder. (Photo : Jonathan Yarkony, Canadian Auto Press)

consommateurs exigeants. D’accord, la fascination provoquée par cet événement a été un peu contrebalancée par le retour d’une familiale compacte exclusive au marché canadien, mais généralement, la situation se présente beaucoup mieux. Avant de parler des nouveaux modèles de la gamme Mitsubishi (enfin, un nouveau modèle, l’autre en est à son deuxième essai), je dois partager un peu de la fébrilité qui sévit chez Mitsubishi à propos du renforcement de ses opérations canadiennes.

Dans sa seconde tentative pour percer le marché canadien (le
Espérons qu’avec une nouvelle équipe qui saura prendre les bonnes décisions, Mitsubishi nous amènera une voiture comme ce Concept X. (Photo : Mitsubishi Motor North America)

manufacturier japonais a fait un timide effort vers la fin des année 80), Mitsubishi a réalisé que le Canada n’était pas à la remorque du marché américain. Depuis cette année, Mitsubishi Canada dispose de sa propre direction sous la présidence de Paul Cummins (qui a amené quelques anciens membres de la famille Volvo lorsqu’il a fait défection) afin de mieux diriger les affaires de la compagnie en sol canadien où le marché est particulier. Une des conséquences en allant chercher des gens compétents chez les entreprises concurrentes a été de donner le plein contrôle à Mitsubishi Canada afin de gérer sa propre destinée. Cela lui permet de se rapporter directement au Japon (au lieu de passer par l’équipe américaine comme l’ancien président Randy Sears devait le faire) et de prendre des décisions spécifiques à notre marché.

L’année 2007 marquera le retour de la Lancer Sportback et de la nouvelle Eclipse Spyder. (Photo : Jonathan Yarkony, Canadian Auto Press)

Cela a été un atout majeur pour l’équipe canadienne et la première chose qu’elle a faite avec ses nouveaux pouvoirs a été de ramener la Lancer Sportback. D’accord, ce n’est pas une Eclipse Spyder, mais une telle décision est la suite logique du fait que les Canadiens aiment des voitures différentes, c’est-à-dire des voitures plus petites et plus pratiques comme une familiale compacte. De plus, les concessionnaires peuvent en vendre assez pour justifier une petite distribution à partir du Japon, même si l’intérêt pour ce type de véhicule reste mitigé chez nos voisins du sud.

Vous devez penser que si la nouvelle direction avait été mise en place deux ans plus tôt, on aurait maintenant la sous-compacte Colt. Mitsubishi ne s’en ferait pas pour la restructuration, mais comment amener une quantité suffisante de ce modèle pour satisfaire la demande?

Même si l’idée d’avoir une voiture sport décapotable est bien jolie, rien ne vend mieux qu’une bonne sous-compacte à un prix inférieur à 20 000$ au Canada, surtout si elle est amusante à conduire. Après tout, c’est de cette manière que la Honda Civic a bâti sa réputation et qu’elle est reconnue au Canada et à travers le monde. La réputation de la Colt en Europe est celle d’une voiture citadine amusante et pratique et le plus grand inconvénient est le coût un peu prohibitif du transport à partir de l’Europe. En effet, la Colt est actuellement assemblée aux Pays-Bas avec la smart forfour. Ce qui signifie qu’il serait plus difficile d’offrir la voiture à un prix compétitif.