Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Des fins de courses... décevantes

Des fins de courses... décevantes

Par ,

Pour des raisons totalement diverses, plusieurs courses des séries IndyCar et NASCAR Coupe Sprint se terminent de façon terriblement décevante.

On dirait qu’à chaque fois que la table est mise pour une finale spectaculaire, un événement, habituellement un accident, vient tout gâcher. On est au paroxysme, assis au bout de notre fauteuil, et puis, boum, le ballon crève.

Getty Images pour Nascar

Quand la course la plus prestigieuse de toute la saison IndyCar, les 500 Milles d’Indianapolis, se termine sous les drapeaux jaunes, c’est carrément pitoyable.

Au cours des derniers tours à Indy, un accident vient souvent neutraliser la course, avec généralement moins de deux tours à faire. Voir le vainqueur se traîner et franchir la ligne d’arrivée à pas de tortue derrière la voiture de tête n’a rien de très excitant.

La chose n’est guère meilleure en Coupe Sprint NASCAR. Mais pas pour les mêmes raisons.

Une course NASCAR doit se terminer par une séquence de drapeaux vert, blanc (dernier tour) et damier (fin de la course). Et les officiels disposent de trois tentatives pour réussir.

Cela fait évidemment monter la pression. Peut-être un peu trop d’ailleurs. Cette fois, on n’a pas la désillusion de voir de vainqueur passer la ligne d’arrivée sous les drapeaux jaunes, car on assiste à de terribles carambolages.

Le dernier en lice est survenu au terme de la course tenue à Daytona dimanche dernier. Derrière les meneurs, Jimmie Johnson et Tony Stewart, ce fut l’hécatombe. En à peine 2,5 milles, deux énormes carambolages sont venus détruire ce que plusieurs pilotes avaient mis une course complète à construire…

Assister à une arrivée où l’on voit des dizaines de voitures percuter les murs, en perdition, s’emboutir et même s’envoler dans des scènes apocalyptiques de flammes, d’étincelles et de fumée projette une image somme toute assez peu reluisante du sport automobile.

C’est comme si durant ces derniers tours de piste, tous les coups étaient permis. Et c’est justement ce qui se passe.

Je rêve au jour où les pilotes seront suffisamment disciplinés et responsables, tout en étant compétitifs, pour franchir l’arrivée de façon correcte au terme d’une épreuve chaudement disputée.