Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Des signes de vie chez Mitsubishi

Des signes de vie chez Mitsubishi

Par ,

La gamme de produits du constructeur japonais n’a jamais été aussi réduite depuis son arrivée au Canada, et on peut bien se demander ce que l’avenir lui réserve.

L’Eclipse, la Galant et l’Endeavor ont tous disparu depuis l’an dernier, pas une catastrophe puisque ces trois ne se sont jamais vendus en grand nombre. Il reste donc la Lancer en formats berline et à hayon (entamant sa septième année sans une refonte), le RVR, le Outlander et la i-MiEV électrique.

Le futur de la Lancer Evolution n’est toujours pas fixé, car elle ne cadre pas dans la nouvelle philosophie environnementale de la compagnie.

Mitsubishi

Bref, c’est plutôt tranquille chez les concessionnaires Mitsubishi ces temps-ci. Toutefois, l’Outlander 2014, en vente l’an prochain, promet un rayon de soleil dans un ciel nuageux. Une version hybride enfichable du prochain Outlander sera produite, équipée d’un moteur de 2,0 litres et de moteurs électriques aux deux extrémités. En mode électrique, il devrait bénéficier d’une autonomie allant jusqu’à 55 km et pourra accélérer jusqu’à 120 km/h. Selon Mitsubishi, sa consommation d’essence serait de 1,6 L/100km, ce qui semble irréaliste : on verra.

Par contre, ce n’est pas assez. La Lancer doit être redessinée bientôt et doit offrir des motorisations moins énergivores. Le RVR s’améliore chaque millésime. La i-MiEV demeurera une voiture à faible volume pour l’instant.

Mitsubishi doit ajouter une sous-compacte à sa gamme canadienne afin de rivaliser les Ford Fiesta, Kia Rio, Toyota Yaris, Honda Fit et Hyundai Accent. La nouvelle Mirage, basée sur le concept Global Small, devrait finalement être offerte chez nous. Des petites voitures ne sont pas très profitables, mais au moins elles attireront des clients chez les concessionnaires et feront augmenter les chiffres de vente.

De plus, Mitsubishi a grandement besoin d’une berline intermédiaire compétente, surtout aux États-Unis. Concurrencer les Honda Accord, Ford Fusion, Nissan Altima et Toyota Camry ne sera pas une tâche facile, mais essentielle si le constructeur veut s’épanouir en Amérique du Nord.

Ce que Mitsubishi a besoin avant tout, c’est d’une stratégie de marketing. Être un manufacturier de voitures vertes ne suffit pas pour le consommateur. La firme a toujours été reconnue pour ses voitures dynamiques et agréables à conduire, et pour attirer des clients, voilà un aspect qu’il ne faudrait pas abandonner. La sous-marque de performance Ralliart est bien connue, alors qu’on la promeut à travers la gamme au complet. À bien y penser, une i-MiEV Ralliart n’est peut-être pas une bonne idée.