Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

DTM : Un championnat où ça joue dur !

DTM : Un championnat où ça joue dur !

Par ,

DTM : Un championnat où ça joue dur !

Le sport automobile allemand possède les ingrédients du succès : l'implication des constructeurs automobiles allemands, d'excellents pilotes, une maîtrise de la technologie qui génère des courses passionnantes, un package télé impressionnant et des amateurs survoltés.

Le fameux DTM, le Deutsche Tourenwagen Masters ou championnat d'Allemagne de voitures de tourisme, connaît un succès formidable et vise un public passionné à l'extrême, fin connaisseur et surtout extrêmement loyal. Pour le satisfaire, l'entreprise ITR a créé un spectacle grandiose mettant en vedette plusieurs classes et impliquant tous les manufacturiers automobiles allemands; le clou du spectacle étant le légendaire DTM dont la finale 2003 fut disputée sur le circuit de Hockenheim.

"Tous les manufacturiers allemands sont impliqués. Certains sont en DTM tandis que d'autres soutiennent les autres catégories comme nous avec la Formule BMW, VW avec la Lupo, Porsche avec sa Coupe 911 et d'autres en Formule 3 ", m'explique Guido Stalmann du service de marketing chez BMW. " Un week-end de DTM offre un excellent divertissement et c'est un produit sensationnel pour la télé."

Le DTM jouit d'une fabuleuse popularité. L'an dernier, 222 réseaux de télévision de 176 pays ont diffusé 940 heures de programmation sur le DTM, et 543 000 amateurs ont assisté aux 10 épreuves, avec une foule de 126000 fans au Norisring. On est bien loin des quelques milliers de connaisseurs qui suivent les courses nationales canadiennes...

Le paddock de Hockenheim, ouvert aux amateurs, ressemble à un village. L'accueil y est grandiose avec des bâtiments assemblés par les constructeurs et les commanditaires. Eh oui, des bâtisses et non pas des tentes ! Mercedes-Benz loge même une... garderie dans ses quartiers! Les nombreuses boutiques de souvenirs permettent aux amateurs de dépenser quelques centaines d'euros. Chaque manufacturier cultive chez ses clients et employés un puissant sentiment d'appartenance et de fierté.

Il est vendredi, il pleut et un flot humain déferle dans les enclos. " Nous accueillons ici ce week-end quelque 12000 de nos employés", m'explique Norbert Haug, directeur de Mercedes-Benz Motorsport tandis que dehors une foule compacte observe, à travers les vitres du salon privé, les gestes de Jean Alesi, pilote Mercedes en DTM. Et quand il sort enfin, la marée humaine l'avale, lui exhibant photos, programmes souvenirs et maquettes à autographier.

Le DTM, c'est le NASCAR allemand : des courses âprement disputées mettant en vedette des pilotes connus qui conduisent des berlines de série profondément modifiées pour la course. Le DTM, c'est l'affrontement Mercedes-Opel-Audi. Et chaque fan appuie inconditionnellement sa marque favorite, achetant (à grands frais!) les vêtements officiels de son équipe favorite et agitant inlassablement des drapeaux durant les trois jours de compétition.