Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Du biodiésel au Nouveau-Brunswick

Du biodiésel au Nouveau-Brunswick

Par ,

Une station-service qui distribuera du biodiésel sera construite à Woodstock, au Nouveau-Brunswick. Le gouvernement provincial estime que le projet permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L'Agence de gestion des véhicules (AGV), qui relève du ministère des Transports, a reçu, récemment, 215 000 $ du gouvernement libéral de Shawn Graham afin de construire et d'exploiter une installation de distribution de biodiésel.

Deux compagnies néo-brunswickoises, Clark Oil, de Woodstock, et Eastern Greenway Fuels, de Waterville, fourniront le biodiésel nécessaire pour le projet.

Selon le ministre de l'Environnement, Roland Haché, ce projet-pilote reflète l'engagement de Fredericton à suivre son Plan d'action sur les changements climatiques.

«Le gouvernement s'est engagé à appuyer la recherche en vue d'étudier les possibilités d'utilisation du biodiésel dans l'intention d'exiger en moyenne un minimum de 5 % d'éthanol dans l'essence et de 5 % de biodiésel dans le carburant diésel pour véhicules ou dans le mazout domestique utilisé au Nouveau-Brunswick», a-t-il indiqué.

Selon le ministre Haché, ce genre d'investissement permettra à la province de miser sur la durabilité de l'environnement, une partie essentiel de son plan d'atteindre l'autosuffisance d'ici 2026.

Le ministre des Transports, Denis Landry, le ministre de l'Énergie, Jack Keir, et le ministre de l'Environnement, Roland Haché, espèrent que l'arrivée du biodiésel permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre au Nouveau-Brunswick.

Projets d'utilisation
Le ministère des Transports est également emballé par la nouvelle installation et commencera de son côté un projet-pilote d'utilisation de biodiésel dans 12 véhicules, soit des autobus scolaires, des chasse-neige et d'autres véhicules du gouvernement.

De plus, une étude déterminera l'efficacité de mélanger 5 % de biodiésel à l'essence en tenant compte des conditions climatiques du Nouveau-Brunswick.

Avec la nouvelle installation à Woodstock, l'AGV estime que si le biodiésel est utilisé dans tous ses véhicules à moteur diésel, les émissions de gaz à effet de serre pourraient être réduites de 2000 tonnes par année.

Le ministre des Transports, Denis Landry, espère ainsi donner l'exemple.

«Nous avons le devoir de protéger l'environnement, y compris l'air que nous respirons tous, pour le bien des prochaines générations, a-t-il déclaré. Ce genre de politiques et d'investissements proactifs montrent bien que le gouvernement vient en aide aux gens et aux communautés.»

Promouvoir l'énergie renouvelable
De son côté, le ministre de l'Énergie, Jack Keir, croit que la nouvelle installation à Woodstock permettra non seulement de développer l'économie rurale, mais aussi de promouvoir les formes d'énergie renouvelable.

«Ce projet-pilote aidera à renforcer la capacité de production de biodiésel dans la province et à promouvoir le développement de carburants renouvelables, a-t-il précisé.

Les sommes investies par le gouvernement Graham proviennent du Fonds d'action climat de 34 millions $. Ce fonds, d'une durée de trois ans, sert à encourager les projets des secteurs publics, privés et sans but lucratif qui répondent aux objectifs du Plan d'action sur les changements climatiques du Nouveau-Brunswick. Ce plan quinquennal a été lancé en 2007 et son objectif est de réduire la pollution atmosphérique et les émissions de gaz à effet de serre de 5,5 mégatonnes chaque année d'ici 2012.

«Le Fonds d'action climat est une ressource financière qui sert à promouvoir la viabilité de l'environnement dans notre province, a rappelé le ministre Roland Haché. Je félicite tous les intervenants des secteurs public et privé qui ont déjà pris l'initiative de collaborer avec le gouvernement en soumettant des projets qui visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre au Nouveau-Brunswick.»
photo:Communications Nouveau-Brunswick