Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Écorandonnée 2017 : les membres de l’AJAC lèvent le pied!

Écorandonnée 2017 : les membres de l’AJAC lèvent le pied!

Facile quand même de ne pas trop consommer… Par ,

Depuis quelques années, l’Association des journalistes automobile du Canada (AJAC) organise un événement appelé l’Écorandonnée visant à promouvoir la conduite économique en plus de tester les véhicules dont la consommation de carburant est considérée comme étant parmi les plus basses sur le marché. 

Pour l’édition 2017, on a regroupé 7 véhicules conventionnels à moteur à essence, 8 autres de type hybride ou branchable et 3 véhicules 100 % électriques. Il y avait également la Toyota Mirai, une voiture avec pile à combustible alimentée par de l’hydrogène. En tout, ce sont 19 chroniqueurs automobiles professionnels qui ont pris le volant de 19 voitures pour relier Ottawa et Québec en 2 jours.

D’abord, l’itinéraire nous a menés de Hawkesbury à Montréal en passant par Saint-Jovite et Sainte-Adèle. Le lendemain, le trajet Montréal-Joliette s’est effectué sous une pluie diluvienne. Par la suite, Dame Nature a été plus conciliante et c’est sous un léger crachin que les étapes menant à Trois-Rivières, Deschambault et Québec ont été complétées.

Le but de l’exercice, pour chaque journaliste, était de conduire 4 véhicules par jour et d’obtenir la plus faible consommation possible avec chacun d’eux. Il faut souligner que la plupart des moyennes de consommation enregistrées par les membres de la presse ont été réalisées tout simplement en respectant les limites de vitesse affichées. Dans la majorité des cas, cette technique de conduite a permis d’obtenir un résultat inférieur aux cotes officielles de Ressources naturelles Canada.

Voici donc quelques impressions de conduite et les résultats des 8 véhicules que j’ai conduits dans le cadre de l’Écorandonnée 2017 de l’AJAC :

Les hybrides branchables
Trois véhicules hybrides branchables étaient à mon carnet d’essai : Ford Fusion Energi, Mercedes-Benz GLE 550e et Porsche Cayenne S E-Hybrid. La plus économe de carburant a été la Fusion Energi avec une moyenne de 4,7 L/100 km, soit 0,1 litre de moins que le chiffre promis. C’est quand même impressionnant. Par contre, l’agrément de conduite s’est révélé moyen, tandis que le coffre de cette berline est limité en raison de la présence des batteries à l’arrière. 

Entre les 2 gros VUS, c’est le Cayenne S E-Hybrid qui a affiché la meilleure moyenne, soit 8,0 L/100 km contre 9,1 pour son rival allemand. En outre, l’aire de chargement du Mercedes-Benz est handicapée par un plancher surélevé, toujours en raison de la présence des batteries. Il s’est toutefois avéré le plus confortable sur la route, tandis que le Cayenne offrait un meilleur agrément de conduite, sans parler de son coffre plus conventionnel. Soulignons cependant que les commandes du Porsche sont nettement plus complexes que celles des 2 autres modèles; je les ai trouvées pas très conviviales en conduite urbaine.

Les véhicules conventionnels
Malgré l’emphase médiatique sur les véhicules hybrides, hybrides branchables et électriques, il n’en demeure pas moins que la vaste majorité des voitures et des VUS sur nos routes actuellement sont propulsés par des moteurs conventionnels. Dans le cadre de l’Ecorandonnée 2017, j’ai eu l’occasion de conduire 3 véhicules de cette catégorie : Mazda MX-5 RF, Nissan Pathfinder et Subaru Forester. 

La MX-5 RF s’est bien sûr révélée le modèle le plus économique du trio avec une moyenne de 6,1 L/100 km. Je dois souligner que plusieurs collègues ont même obtenu une consommation inférieure à cela. Bizarrement, la cote officielle annoncée par Mazda s’élève à 8,1 L/100 km. De plus, il est indéniable que l’agrément de conduite est nettement supérieur à celui des 2 VUS japonais. 

Malgré des dimensions beaucoup plus imposantes et un poids supérieur, le Forester s’est fort bien tiré d’affaires avec une moyenne enregistrée de 6,9 L/100 km, une grande différence avec la donnée officielle de 8,4. Et même si le Nissan Pathfinder est plus costaud, son nouveau moteur V6 amélioré lui a quand même permis d’avoir une moyenne de 9,0 L/100 km, ce qui n’est pas si mal pour un tel mastodonte.

Les véhicules électriques et avec pile à combustible
La Toyota Mirai à pile à combustible était le seul véhicule de sa catégorie. Avec une consommation enregistrée de 1,1 L/100 km, elle a dominé tout le groupe sur le plan énergétique. De plus, ses performances sont bonnes à défaut d’être sportives. C’est un véhicule silencieux, doté d’une motorisation futuriste autorisant de bonnes reprises et qui se conduit comme une voiture ordinaire. Le seul hic, c’est que la Mirai n’est pas encore commercialisée au Canada et encore moins au Québec. Toyota espère pouvoir convaincre les autorités de nous offrir un jour cette voiture assez spéciale.

La Volkswagen e-Golf à moteur électrique a affiché une consommation de 1,7 L/100 km selon l’échelle de conversion adoptée par Ressources naturelles Canada. Cette Golf se conduit comme toutes les autres Golf à l’exception d’un grand silence de roulement et de quelques éléments d’affichage propres à cette catégorie de véhicule. Lors de la dernière étape de l’essai, d’une distance de plus de 60 km, la charge de la batterie ne me permettait que de franchir 47 km. J’ai donc été dans l’obligation de faire appel à l’application Flo de mon cellulaire, qui m’a dirigé vers la borne de recharge la plus près afin que je puisse me rendre à destination. Cette expérience aurait pu être irritante, mais elle m’a permis de vérifier que le système de recharge public fonctionne bien et se développe de plus en plus dans notre province.

Le pied léger confirmé
Les 19 véhicules inscrits à l’Écorandonnée 2017 de l’AJAC proposaient différents modes de propulsion : conventionnel, hybride, électrique ou encore à pile à combustible. Or, tous ont permis aux participants de réaliser des moyennes de consommation inférieures à celles affichées par Ressources naturelles Canada. Autrement dit, en adoptant une conduite se limitant aux vitesses indiquées (et pas besoin d’avancer comme une limace non plus), il est possible d’obtenir une consommation de carburant remarquablement faible, sans oublier la réduction des gaz à effet de serre. 

Grâce à la prolifération des véhicules hybrides et électriques, à l’évolution des bornes de recharge et à des recherches comme celles effectuées à l’Université du Québec à Trois-Rivières sur l’hydrogène en tant que carburant, le parc automobile canadien consomme et pollue nettement moins de nos jours. 

L’Écorandonnée de l’AJAC en est la preuve tangible.

 

Photos :D.Duquet
Photos de l'Écorandonnée 2017