Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

En travaillant tous ensemble

En travaillant tous ensemble

Par ,

Il semble que je ne sois pas la seule journaliste d'Auto123 qui ait affronté l'enfer du retour à l'école sur la route ces temps-ci. La circulation dans la grande région de Montréal est déjà cauchemardesque; que dire lorsqu'on ajoute des milliers de parents hyper stressés au volant de véhicules remplis d'adolescents aux émotions à fleur de peau et de bambins qui crient pour avoir leur doudou? J'étais franchement terrifiée.

J'ai pris mon courage à deux mains, respiré un grand coup et foncé tête première, prête à me battre contre le pire. Et pire il y a eu.

Le changement rend les gens nerveux et incertains. Regardez le trafic lors de la rentrée; on dirait une ruche qui bourdonne – le bourdonnement du chaos. En tant qu'étrangère n'ayant pas d'enfants grincheux ni d'horaire de garderie à respecter, j'aimerais faire une demande :

Pourquoi ne pas travailler tous ensemble?

On raconte que c'est au Québec (à Montréal, en particulier) que se trouvent les conducteurs les plus agressifs au pays. J'ignore d'où vient ce stéréotype (moi qui garde toujours un pouce prêt à appuyer sur le klaxon, juste au cas où quelqu'un aurait besoin d'une leçon), mais il est difficile de s'en défaire. Le retour à l'école en septembre se veut le meilleur temps pour démontrer notre rage, apparemment.


Il y a ceux qui collent un véhicule pour empêcher quelques-uns de s'intercaler, d'autres qui changent de voie brusquement et sans clignoter, puis les chauffeurs pressés qui accélèrent en trombe juste pour prouver un point. Nous le faisons tous et nous le faisons avec quelques regards menaçants et même des jurons. Mais pourquoi? Nous sommes tous dans le même bateau. Vous détestez peut-être tous les autres usagers de la route, mais ils ne sont pas vos ennemis.

Mon mari me ramène souvent à l'ordre quand j'insulte les conducteurs imprudents qui causent des retards dans la circulation. J'emploie des adjectifs tels que « crétin » et « idiot » en me demandant pourquoi les gens ne portent pas plus attention à ce qui les entoure. Il me dit calmement que ça pourrait arriver à n'importe qui. Euh... non! C'est justement pourquoi nous avons vu une Corolla beige à la tête du carambolage!

Voilà qui prouve que je suis une partie du problème. Chaque jour, je dois me rappeler que tous les autres automobilistes ressentent autant de frustration que moi. Ils ne sont pas là uniquement pour faire de ma vie un enfer (même si j'en ai parfois l'impression) et ce ne sont pas eux qui pressent sur ma vessie et me font paniquer à l'approche d'un feu rouge.

Imaginez si nous prenions tous le temps de considérer ceux qui nous entourent sur la route. Chaque matin, je m'efforce de laisser un espace raisonnable entre mon véhicule et celui qui précède. Je n'appuie jamais inutilement sur ma pédale de frein et je hais le « stop-and-go ». À l'image d'une fermeture-éclair, j'aide ainsi la circulation à avancer de manière plus fluide, du moins tout près de moi. Je mets toujours mes clignotants et je fais de mon mieux pour ne pas couper personne, sauf en cas de vie ou de mort (lire : je devais passer au service au volant du Tim Horton's et vous étiez clairement dans mon chemin, alors tant pis pour vous).

Nous sommes responsables de la congestion. Nous sommes la raison pour laquelle nous arrivons en retard au bureau, nous ratons des réunions, nous utilisons des bouteilles comme urinoirs et nous brisons des commandes sur le tableau de bord. Nous nous disputons constamment sur la route et, en conséquence, nous causons davantage de problèmes que les piètres infrastructures ou le volume de la radio l'ont déjà fait.

Si nous faisions preuve de courtoisie et de savoir-vivre lors de nos déplacements quotidiens aux heures de pointe, je parie que nous pourrions réduire de moitié notre temps passé sur la route. Pourquoi ne pas essayer?