Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Eux ou nous

Eux ou nous

Par ,

Je vous écris aujourd'hui sur un aspect de la conduite automobile auquel je préfère ne pas trop penser. Malheureusement, je n'ai pas eu le choix de le faire au cours des derniers mois : éviter des animaux qui traversent la route.

Je suis heureuse de vous dire que j'en ai frappé un seul dans toute ma vie – un écureuil. J'ai fait de mon mieux pour l'éviter, en écrasant la pédale de frein, en braquant les roues et même en klaxonnant dans l'espoir qu'il prenne la fuite vers les bois. Pas de succès. J'en ai eu le cœur brisé.

Après coup, j'ai réalisé à quel point j'avais perdu la tête : pour éviter l'écureuil, je me suis tassée complètement dans la voie inverse, au sommet d'une côte où on ne voyait rien de l'autre côté. Pas brillant du tout.

Voilà où je veux en venir : quand il faut éviter un animal sur la route, il y a bien souvent un perdant – lui ou nous. Habituellement, c'est le conducteur qui l'emporte. Ça m'attriste, mais en même temps, je suis bien contente de ne pas être celle qui finit couchée sur le bord de la route.

Récemment, j'ai presque écrasé un petit chien sur une bretelle d'autoroute. Il semblait perdu et dérouté. Considérant ma vitesse, je l'aurais sûrement tué si je l'avais frappé. J'ai freiné et dévié de ma trajectoire à temps... tout en évitant de justesse le garde-fou.

La chance nous a souri. Par contre, la prochaine fois, ça pourrait être une autre histoire.

Les statistiques nous révèlent que les humains se blessent plus souvent que les animaux lors d'une collision à cause de réactions comme les miennes. En 2009, la National Highway Traffic Safety Administration a enregistré 173 décès d'automobilistes qui voulaient éviter un animal.

Le désir de sauver la créature qui surgit tout bonnement devant notre véhicule est tel qu'on réagit en oubliant notre propre sécurité. On dévie dans la voie inverse, freine à fond, provoque des accrochages et frappe des objets juste pour protéger l'animal.

C'est cruel, mais parfois, on n'a pas le choix : il faut maintenir le cap. Si la bête est plus basse que votre parechoc, continuez tout droit. Si vous avez le temps d'analyser le trafic qui s'en vient et vos angles morts, vous pouvez tenter une manœuvre de contournement; sinon, oubliez ça.

Dans le cas d'un chevreuil, d'une vache, d'un cheval ou de tout autre animal qui se dresse plus haut que votre parechoc, essayez de l'éviter le plus possible pour ne pas qu'il aboutisse dans votre parebrise et vous blesse sérieusement ou pire encore.

Lorsque j'aperçois un représentant de la faune sur le bord de la route, j'ai le goût de crier : « Qu'est-ce que tu fais là? » Puis, je me rappelle qu'ils veulent simplement vivre et profiter du territoire que nous avons envahi et rendu dangereux pour eux.

Des technologies comme la vision nocturne de BMW et des accessoires comme un sifflet à chevreuils sur le parechoc visent à réduire le nombre de collisions avec des animaux sur la route. Toutefois, il faut aussi respecter les limites de vitesse en zone rurale et utiliser les phares de route dans les sections moins éclairées. Prudence et que votre tableau de chasse reste à zéro!

Ours traversant la route