Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La F1 n'est pas tendre avec Fernando Alonso et Ferrari

F1: La F1 n'est pas tendre avec Fernando Alonso et Ferrari

Par ,

D'après GMM

Les lumières sont braquées sur Ferrari et Fernando Alonso, après la course d'Hockenheim, mais aussi sur la règlementation des consignes d'équipes.

Au cours d'une conférence de presse glaciale à Hockenheim, quelques journalistes ont prévenu Fernando Alonso qu'il risque de devenir un champion "sali" après cette victoire et celle de Singapoure en 2008. "C'est votre opinion," répond l'Espagnol.

Bien évidemment, les consignes d'équipe ne sont pas nouvelles, "ça a simplement été mal fait," explique Mike Gascoyne, le patron de l'équipe Lotus.

Niki Lauda est plus acerbe envers Fernando Alonso : "Personne n'est dupe. Je n'ai jamais entendu un pilote dire autant de bêtises. Il n'a aucun charisme," en référence aux arguments de l'Espagnol.

Le Dr Helmut Marko de Red Bull, après ses récentes décisions, n'est pas mécontent de voir le vent tourner et déclare : "C'est incroyable ils ont clairement démontré qui était le pilote Nº 1. La FIA doit réagir avec une punition sévère," explique t-il dans le Blick.

Rubens Barrichello, qui avait été prié de laisser passer Michael Schumacher en 2002 lors du célèbre grand prix d'Autriche, indique : "Je vais parler avec Felipe. Rien n'a changé chez Ferrari. Je pense que vous pouvez voir ce que j'en pense sur mon visage," indique le Brésilien fâché à la radio Jovem Pan.

Une autre facette de cette histoire est résumée par le reponsable des moteurs clients chez Renault, Fabric Lom, qui dénonce à la radio Europe 1 l'"hypocrisie" du règlement.

Norberg Haug, pour sa part, n'approuve pas : "Nous devons penser aux spectateurs. Ils veulent voir des batailles sur la piste, pas ce genre d'actions. Chaque équipe a une attitude différente vis-à-vis des consignes d'équipes."

Fernando Alonso argumente dans la presse espagnole : "C'est l'équipe qui nous paie, pas les journaux ni personne d'autre, et Ferrari ramène 43 points en Italie. C'est ce que nous devons faire -- c'est le mieux pour l'équipe. J'étais plus rapide vendredi, j'étais deuxième lors des qualifications et plus rapide que Felipe en course. Je ne pense pas que ce soit le pilote le plus lent qui a gagné la course."

Le journal La Libre se demande comment la FIA va réagir lors du Conseil mondial : "Est-ce que Jean Todt va punir son ancienne équipe pour des pratiques qu'il a appliquées ? Honnêtement nous en doutons."