Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La FIA décide d'améliorer la sécurité des commissaires de pistes en F1

F1: La FIA décide d'améliorer la sécurité des commissaires de pistes en F1

Par ,

Prenant la parole vendredi lors du salon Autosport International au Royaume Uni, Charlie Whiting, le délégué à la sécurité de la FIA et directeur de course de la Formule 1, a déclaré que la FIA allait améliorer la sécurité des travailleurs et commissaires de pistes.

En juin 2013, le travailleur de piste bénévole Mark Robinson perdait tragiquement la vie après l’arrivée du Grand Prix du Canada sur le circuit Gilles-Villeneuve à Montréal.

Mark Robinson a été tué quand il a trébuché, est tombé par terre et a été écrasé par une des roues de la grue mobile qui évacuait la Sauber d’Esteban Guttiérez, immobilisée au virage Senna.

L’automne dernier, la Commission de la santé et de la sécurité au travail du Québec (CSST) avait sévèrement blâmé les organisateurs pour une série d’erreurs et un manque de formation des travailleurs.

L’une de ces erreurs est que Robinson et un collègue marchaient directement devant la grue qui roulait, tenant les câbles et courroies qui empêchent la monoplace de se balancer dangereusement.

F1 Japan 2013 track marshals
Les commissaires de piste en action au Japon, en 2013. (Photo: WRi2)

« Cette tragédie n’aurait jamais dû survenir », de dire Whiting.

« Depuis cet accident, nous avons discuté avec tous les organisateurs. S’ils se servent de ces grues mobiles du type JCB pour soulever des monoplaces de F1, personne ne doit se placer ou marcher devant le véhicule », de préciser Whiting.

« L’ASN du Brésil a mis en place un système dans lequel deux câbles maintiennent la voiture dans le airs et l’empêche de tourner ou de se balancer. Ils n’ont donc besoin de personne pour la maintenir », a-t-il expliqué.

« Nous décrivons ce système aux autres organisateurs afin qu’ils l’emploient et réduisent le nombre de personnes requises pour récupérer une voiture F1 tombée en panne.

La mort de Mark Robinson ne sera donc pas oubliée. Les organisateurs de Grand Prix et des courses automobiles doivent désormais prendre les mesures requises pour placer les travailleurs de pistes et commissaires à l’abri des dangers, autant que possible.