Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La FIA n'ouvrira aucune enquête sur l'incident Rosberg-Hamilton

F1: La FIA n'ouvrira aucune enquête sur l'incident Rosberg-Hamilton

Par ,

D'après GMM

Le petit monde de la F1 est partagé sur l'accrochage entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg au grand prix de Belgique.

Ancien coéquipier de Lewis Hamilton, Jenson Button juge que l'incident est douteux.

« Il n'y a rien eu. Il n'y avait aucun mouvement. C'est incroyable. J'ai toujours dit que la personne qui gagne le championnat du monde est la personne qui fait le meilleur boulot sur le circuit, mais cela ne semble pas la façon dont ça se passe à l'heure actuelle », de déclarer le champion du monde 2009.

« C'est honteux, ce n'est pas un combat propre », d'ajouter le pilote McLaren.

Mais Jenson Button estime également que Nico Rosberg, qui mène son premier combat pour le titre, subit probablement la « pression » élevée de cette occasion rare.

F1 Lewis Hamilton Spa-Francorchamps Nico Rosberg Mercedes AMG
Lewis Hamilton et Nico Rosberg, Mercedes AMG, à Spa-Francorchamps. (Photo: WRi2)

Ancien pilote de F1, David Coulthard explique qu'il ne veut pas juger trop vite « l'intégrité sportive » du pilote allemand.

« On ne peut pas préméditer d'infliger une crevaison à quelqu'un. Dans ma carrière, j'ai probablement perdu 10 fois mon aileron comme ça, parce qu'on ne peut tout simplement pas voir l'avant de la voiture. Les commissaires semblent avoir fait le bon choix, mais il devrait y avoir un autre moyen de sanction qui s'offre à eux. Ce n'est pas un incident de course normal », de dire l'Écossais dans le Telegraph.

David Coulthard remarque que la manoeuvre de Rosberg était davantage « maladroite » que délibérée, mais « il y a des paramètres à l'entêtement de Nico ».

« Il avait été giflé par Lewis à Bahreïn, et il avait été giflé de nouveau en Hongrie, il a certainement ressenti le besoin de montrer qu'il ne se laisserait pas facilement marcher sur les pieds ».

David Coulthard ajoute que l'incident doit être mis en perspective avec celui des qualifications à Monaco.

« Si cela arrive une troisième fois, nous pourrons commencer à voir en lui un pilote dans le moule de son ancien coéquipier Michael Schumacher, qui déployait beaucoup de manoeuvres étonnantes pour gagner », de dire David Coulthard.

Autre célèbre ancien pilote, Gerhard Berger offre une analyse plus tolérante.

« Bien évidemment, Nico est à blâmer. Mais lorsque deux pilotes de ce calibre se battent roue dans roue, quelque chose peut arriver. Il a été démontré que l'on peut dépasser à ce virage. Ce n'était pas un geste suicidaire. C'était un incident de course classique », de déclarer l'Autrichien dans le journal Bild.

« Et que ce soit arrivé dans le 2e ou le 33e tour, ce n'est pas grave. Si vous sentez que vous pouvez aller au-delà, vous essayez. Nico n'a rien fait d'autre que cela, et c'est ce que les spectateurs veulent voir », d'ajouter Gerhard Berger.

Outre le fait de course, la réunion d'après-course interne à Mercedes laisse planer le doute. Lewis Hamilton et Toto Wolff affirment tous deux que Nico Rosberg a admis avoir maintenu sa ligne pour prouver « quelque chose ».

Cela aurait pu modifier l'intérêt de la FIA d'ouvrir une enquête.

Mais l'ancien pilote de F1 et régulièrement commissaire de course pour la FIA, Derek Warwick, a indiqué à la radio britannique que même si la manoeuvre de Nico Rosberg était « stupide », cela reste « un problème interne » à Mercedes plutôt qu'un « problème pour la FIA et ses commissaires ».

Un porte-parole de la FIA déclare dans le Daily Mail : « La FIA n'interviendra pas sur le sujet. Seul un nouvel élément qui serait apparu après les résultats définitifs pourrait justifier l'ouverture d'une enquête. Un commentaire qui aurait été fait dans une réunion interne et démenti plus tard par l'équipe elle-même ne constitue pas cet élément nouveau », d'ajouter le porte-parole de la FIA.

Ce qui est clair cependant, c'est que les relations entre Rosberg et Hamilton sont probablement irréparables.

Interrogé par le Welt si la bataille du duo Mercedes serait calme pour le reste de la saison, le président de Mercedes Niki Lauda répond : « Quand je pense à la façon dont la réunion s'est passée dimanche, j'en doute. Mais c'est précisément la tâche de l'équipe dirigeante maintenant, d'établir cette relation à nouveau ».

Quel que soit le résultat, Bernie Ecclestone est heureux.

« Ce qui s'est passé crée beaucoup d'intérêt. C'est très bon pour le sport », de déclarer le grand chef de la F1 à l'agence de presse indienne PTI.