Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: L'écurie Renault s'en sauve ; Flavio Briatore écope

F1: L'écurie Renault s'en sauve ; Flavio Briatore écope

Par ,

Le Conseil mondial du sport automobile de la FIA a tenu sa réunion extraordinaire lundi à Paris et a prononcé sa décision au sujet de l'affaire Renault.

L'écurie Renault était accusée d'avoir demandé à un de ses pilotes, Nelson Piquet, d'avoir un accident volontaire à un moment précis du Grand Prix de Singapour 2008 afin de forcer l'intervention de la Voiture de sécurité et ainsi aider son coéquipier, Fernando Alonso, à gagner la course.

Flavio Briatore à Monza - son dernier Grand Prix.

D’après GMM

Le Conseil mondial souligne « l’extrême sévérité » de la faute commise par Renault, précisant qu’elle « méritait l’exclusion permanente du Championnat du monde de Formule 1 ».

Mais la FIA a tenu compte du nettoyage fait chez Renault suite aux révélations de Nelson Piquet Jr (renvois de Flavio Briatore et Pat Symonds), et de la très grande coopération de l’écurie dans ce dossier.

Ainsi, la FIA impose à Renault une suspension de deux ans avec sursis.

« Le Conseil mondial disqualifiera Renault à vie si l’écurie se trouve coupable d’un geste aussi répréhensible au cours des deux ans de sa probation. »

Le Conseil s’en prend à Briatore, l’instigateur de cette affaire. L’Italien est banni à vie des séries sanctionnées par la FIA, et est défendu d’entrée sur les circuits.

Briatore devrai aussi démanteler sa compagnie de gérance de pilotes, FFBB, car la FIA précise avoir nullement l’intention de renouveler la Super Licence de pilotes dont la carrière est gérée par Briatore, ses associées ou ses compagnies.

FFBB possède des contrats de management avec, entre autres, Fernando Alonso, Mark Webber et Heikki Kovalainen.

La FIA dit avoir été particulièrement punitive envers Briatore, non seulement à cause de la « sévérité de la faute », mais aussi pour « avoir continué à nier sa participation dans l’affaire en dépit de toutes les évidences présentées ».

Pat Symonds a écopé de la même pénalité, mais pour une période de cinq ans. Symonds a admis avoir été impliqué dans la conspiration et a soumis une lettre lundi à la FIA dans laquelle il indique avoir « des regrets éternels et de la honte » pour avoir participé à ce complot.

Nelson Piquet Jr n’est pas sanctionné, car la FIA lui avait promis l’immunité en échange de son témoignage choc.

La FIA indique aussi que Fernando Alonso n’a pas été impliqué dans cette affaire.

« Nous acceptons la décision du Conseil mondial. Nous nous excusons sans retenue d’avoir posé ce geste inacceptable, » a indiqué le président de Renault F1, Bernard Rey, dans une communication officielle de l’écurie Renault.


photo:Renault