Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Les pilotes veulent des clarifications sur l'interdiction des consignes d'équipe

F1: Les pilotes veulent des clarifications sur l'interdiction des consignes d'équipe

Par ,

D'après GMM

Après le verdict de la FIA envers Ferrari mercredi, les pilotes demandent maintenant des précisions sur le point de règlement interdisant les consignes d'équipe.

Lors du grand prix d'Allemagne, Fernando Alonso et Felipe Massa avaient échangé leurs positions en dépit de l'interdiction des consignes d'équipe, la direction de course avait infligé 100,000 $ d'amende à l'équipe Ferrari.

L'incident était porté auprès du conseil mondial de la FIA mercredi à Paris, et la fédération n'a pas appliqué d'autres sanctions envers la Scuderia, du fait d'un manque de preuves.

La FIA a dévoilé le dossier complet de sa prise de décision, révélant que même convaincue d'une infraction de Ferrari, il y a eu "beaucoup d'exemples" d'actions similaires ces dernières années.

Le point de règlement va donc être révisé mais le conseil mondial étudiera le sujet en fin de saison.

Tandis qu'il reste encore 6 courses à compléter en 2010, le petit monde de la Formule Un se demande quelle attitude adopter.

Le patron de Red Bull, Christian Horner, indique que l'affaire Ferrari crée un "précédent" que "les équipes peuvent ajuster la position de leurs pilotes en course".

Le pilote Force India, Adrian Sutil, déclare : "Si une équipe a suffisamment d'argent, il semble que l'on peut faire un telle manoeuvre."

Michael Schumacher se porte volontaire pour participer à la révision de ce point de règlement : "Il est nécessaire de clarifier la situation et qu'elle soit comprise par tout le monde."

Mark Webber conclut donc que le règlement interdit les consignes d'équipe mais que ce précédent permet aux équipes de ne pas le respecter sans recevoir de sanction.

"Jusqu'à ce que nous ayons une clarification précise sur ce qui est permis ou pas, il apparaît que ce qu'a fait Ferrari à Hockenheim ne soit pas un gros problème pour la FIA," explique l'Australien.