Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Les vidéos retenues pour ''considération envers les victimes''

F1: Les vidéos retenues pour ''considération envers les victimes''

Par ,

D'après GMM

Quelques jours après la course de Suzuka, les responsables de la F1 retiennent toujours les images vidéo du terrible accident de Jules Bianchi.

Jusqu'à maintenant, et malgré les nombreuses caméras hautes définitions qui sont tout autour du circuit, les images de l'accident n'ont pas été révélées par la FOM.

Même la vidéo d'un spectateur amateur, largement diffusée sur les réseaux sociaux, a été maintes fois retirée pour des raisons de droits d'auteur invoquées par la société qui gère les images de F1.

Il est suggéré que la F1 et la FIA hésitent à diffuser les images, car elles pourraient révéler certains éléments controversés entourant l'accident de Jules Bianchi.

Des questions se posent sur les conditions de piste avec la pluie, la faible luminosité, les discussions avant-course de décaler la course pour éviter le typhon, l'agitation du drapeau vert à quelques mètres de l'accident, la voiture de sécurité que Charlie Whiting aurait pu déployer pour faire évacuer la voiture d'Adrian Sutil, etc.

F1 Jules Bianchi doctors crash Suzuka
Les médecins autour de Jules Bianchi, après l'accident. (Photo: WRi2)

Cependant le très respecté et informé Michael Schmidt d'Auto Motor und Sport affirme que la raison principale pour laquelle la FOM retient toujours les images est « La considération envers les victimes de l'accident ».

Le journaliste fait référence non seulement au pilote français gravement blessé, mais aussi et surtout à ses parents et ses proches, qui s'accrochent à l'espoir de Jules Bianchi va s'en sortir.

Michael Schmidt affirme que le film officiel montre que le pilote Marussia a perdu le contrôle de sa voiture car « il allait trop vite dans cette zone de drapeau jaune »

« La F1 ne se protège pas, mais protège Jules Bianchi lui-même. Les images de l'accident et les données de télémétrie pourraient prouver que le pilote est à blâmer », d'ajouter le correspondant allemand.

Michael Schmidt cite un responsable de la F1 : « Ce (divulguer les informations) serait injuste pour Bianchi, car il ne peut pas se défendre en ce moment ».

Indépendamment des circonstances de l'accident, le sujet des têtes des pilotes exposées resurgit chez les responsables de la F1.

Après l'accident de Felipe Massa en 2009 et celui de Maria de Villota en 2012, la FIA avait envisagé de fermer les cockpits des pilotes.

Le Bild rapporte que Red Bull et Mercedes sont les plus opposés à l'idée, Christian Horner soulignant que les solutions proposées sont « horriblement laides ».

De con côté, Bernie Ecclestone fait valoir que les cockpits fermés sont contraires à l'idée même de la F1.

D'autres prennent du recul et insistent pour dire que la Formule 1 ne doit pas réagir de façon excessive après l'accident de Jules Bianchi.

Ayant vécu un accident grave en 1995, mettant sa vie en danger, Mika Hakkinen fait partie de ces personnes.

« Après cet accident (Bianchi), il y aura certainement une analyse complète. Mais nous devons aussi nous souvenir qu'il n'y a pas eu de décès en course depuis plus de 20 ans. C'est une longue période », de déclarer le double champion du monde dans son éditorial pour Hermes.