Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1 : Michael Schumacher s'est excusé auprès de Nick Heidfeld

F1 : Michael Schumacher s'est excusé auprès de Nick Heidfeld

Par ,

D'après GMM

Michael Schumacher s'est excusé auprès de Nick Heidfeld pour avoir pris sa place au sein de l'équipe Mercedes en 2010.

Heidfeld était favori pour le volant Mercedes avant la décision du septuple champion d’effectuer un retour en compétition. Le pilote avait même mis terme aux discussions avec McLaren dans l’espoir d’une entente avec la nouvelle équipe.

« McLaren voulait obtenir mes services. Nous étions près d’une entente », a déclaré Heidfeld au Sport Bild cette semaine.

Sauf que Jenson Button a quitté le port, signé avec McLaren, puis Schumacher s’est rapproché de Mercedes et Heidfeld s’est retrouvé largué dans les deux équipes.

« J’ai pris la décision d’attendre Mercedes, et j’ai perdu mon pari », a conclu l’Allemand qui pourrait bien remplace Pedro de la Rosa comme directeur du GPDA, l’Espagnol étant très occupé par son nouveau rôle de pilote titulaire chez Sauber.

Heidfeld a également révélé qu’il avait l’intention de signer chez Brawn en 2009 avant que Sauber n’exerce son option sur lui.

Lorsque les discussions entourant le retour de Schumacher sont devenues très sérieuses, les deux pilotes se sont téléphoné et Heidfeld a vite compris le sérieux de l’affaire.

« Lorsque nous nous sommes revus pour la première fois à Jerez, Michael s’est en quelque sorte excusé d’avoir pris ma place. C’était un geste apprécié et j’aurais fait la même chose à sa place », a indiqué Heidfeld.

« Je crois que je reviendrai à la compétition en 2011. J’ai conservé mes habitudes d’entrainement et mon régime alimentaire de la saison dernière. Pour l’instant je me concentre sur mon rôle chez Mercedes. Nous verrons ce qu’il adviendra de moi l’an prochain », a-t-il conclu.

Quant à Schumacher, il aurait un salaire annuel de 21 millions d’euros cette saison selon le Blick et la station de télévision allemande n-tv – loin devant les 7 millions qu’on le disait avoir accepté en janvier.