Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Simona de Silvestro vise un volant régulier en 2015

F1: Simona de Silvestro vise un volant régulier en 2015

Par ,

La Suissesse Simona de Silvestro deviendra-t-elle la prochaine femme à courir en Formule 1 ? Auto123.com l’a rencontrée à Montréal alors qu’elle se prépare à recevoir l’appel espéré de l’écurie Sauber.

En février dernier, Sauber annonçait que la jeune femme de 25 ans devenait pilote affiliée de l’écurie avec pour objectif de décrocher sa super licence et la préparer à courir en F1 en 2015.

F1 Sauber Simona de Silvestro Fiorano
Simona de Silvestro. (Photo: Sauber F1 Team)

Bonne golfeuse, de Silvestro a découvert les joies de la vitesse à un jeune âge.

« Mon père possède un garage automobile en Suisse et il était aussi instructeur de conduite. J’ai grandi au milieu des voitures. J’ai eu un premier kart à 6 ans. C’est immédiatement devenu ma passion », nous a-t-elle raconté dans le paddock à Montréal.

« Je pratiquais d’autres sports, mais la course de kart l’emportait. Je n’étais heureuse qu’au volant d’un kart », souligne-t-elle.

Simona a couru en karting durant 10 ans en Europe, puis a disputé une saison de Formule Renault italienne en 2006.

« Nous n’avions pas assez d’argent pour courir en Europe. Nous avons trouvé un commanditaire aux États-Unis pour courir en Formule BMW. Notre idée était de courir un an en F-BMW, puis de voir. Ce fut la bonne décision à prendre », a-t-elle expliqué.

Puis, elle est montée en Formule Atlantique. En 2009, elle est devenue la femme la plus titrée de cette série avec le plus grand nombre de victoires avec trois, de pôles et de tours menés en course.

F1 Sauber Simona de Silvestro Fiorano
Simona de Silvestro. (Photo: Sauber F1 Team)

L’année suivante, elle passe en série IndyCar.

« Pour être très honnête, les pilotes de ce championnat sont incroyables. Je n’ai connu aucune autre série aussi compétitive. J’ai couru contre les Tony Kanaan, Dario Franchitti et Scott Dixon. Ce ne sont pas des manchots. Ils sont très expérimentés. C’est vraiment cool de les battre. Cela prouve que vous êtes rapide ! », de sourire de Silvestro.

La jeune femme a aussi découvert les ovales, et leurs dangers. Lors d’essais pour l’Indy 500 de 2011, sa voiture a subi un bris mécanique et a été catapultée dans les grillages à 340km/h. Elle s’est infligé des brûlures au deuxième degré à la main droite.

« Les ovales sont… intéressants. Je n’avais pas roulé sur ovales en Formule Atlantique. Je les ai découverts en IndyCar. Venant d’Europe, on se dit ‘Ah, c’est facile ! On tourne à gauche avec le pied à fond’. Eh bien non ! Pour être franc, les ovales nécessitent beaucoup de temps à comprendre », nous a-t-elle expliqué.

« Sur un ovale, vous devez tout oublier ce que vous avez appris sur les circuits routiers. Vous repartez de zéro. Sur un circuit routier, c’est vous qui contrôlez la voiture. Sur un ovale, vous devez parfois laisser faire la voiture. Il faut la laisser aller où elle veut, et ne pas être effrayé si elle n’est pas stable… à plus de 330 km/h. Si vous commettez une erreur ou si quelque chose casse, ça fait habituellement mal ! » de dire de Silvestro.

F1 Sauber Simona de Silvestro Fiorano Monisha Kaltenborn
Simona de Silvestro et Monisha Kaltenborn. (Photo: Sauber F1 Team)

En route vers la Formule 1
Après avoir disputé quatre saisons en IndyCar, de Silvestro et son agent, l’industriel indien Imran Safiulla ont fait le point.

« Restons-nous en série IndyCar et connaître du succès ou tentons-nous notre chance en F1 ? Pour moi, ça a été facilement réglé. Il fallait la bonne occasion, et Sauber nous l’a proposée. Évidemment, passer une saison sans courir est un peu bizarre, mais je passe beaucoup de temps dans le simulateur et j’effectue aussi des essais à bord d’une ancienne voiture [une Sauber C31-Ferrari V8 de deux ans] afin de comprendre le fonctionnement du monde de la F1 », a-t-elle déclaré.

de Silvestro a admis que ses premiers tours de piste à Fiorano lui ont procuré un plaisir fou.

« Une voiture d’IndyCar est puissante et rapide. Je m’attendais à ce que la voiture de F1 soit un étage au-dessus. En fait, c’est plutôt 10 étages plus haut ! Elle fait tout mieux. Les freins sont hallucinants. Les accélérations sont foudroyantes, jusqu’en 7e vitesse. Les vitesses en virages sont incroyablement rapides et l’appui aérodynamique est stupéfiant. Tout est extrême. C’est la voiture la plus incroyable que j’ai pilotée », raconte-t-elle.

F1 Sauber Simona de Silvestro Fiorano
Simona de Silvestro. (Photo: Sauber F1 Team)

La prochaine étape
« Nous sommes chanceux que Sauber et Monisha [Kaltenborn, la directrice générale de l’équipe] nous aient donné cette occasion unique. Pour Sauber, le fait que je sois Suisse a aidé un peu », explique-t-elle.

« Le F1 est le sommet de la pyramide. Si une femme y accède, ce doit être à cause de son talent, pas parce qu’elle est une femme. Notre but est d’être sur la grille de départ en 2015. C’est ce que j’ai toujours clamé », précise-t-elle.

« Je crois que si nous faisons les choses de la bonne façon, nous serons en F1 l’an prochain. Je m’entraîne fort et je travaille dur. Je n’aurais jamais effectué ce changement de carrière si la chance de monter en F1 n’était pas réelle. J’aurais pu continuer à courir en IndyCar pendant 10 ans et bien gagner ma vie. Mais je veux courir en F1. C’est la chance d’une vie. Je ne dois pas la laisser passer. Pas question pour moi d’avoir des regrets, » de terminer Simona de Silvestro.