Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1 Technique: La suspension avant à tirants expliquée

F1 Technique: La suspension avant à tirants expliquée

Par ,

On lit actuellement dans les nouvelles que la McLaren de la saison prochaine serait probablement munie, comme la Ferrari de cette année, d'une suspension avant à tirants et non plus à poussoirs. Mais quelle est la principale différence entre les deux ?

La première voiture de F1 à employer une suspension avant à tirant fut la Minardi 2001 conçue par Gabriele Tredozi. Cette saison, la Ferrari F2012 emploie ce même système alors que les autres monoplaces de F1 sont équipées d'une suspension avant à poussoirs, plus conventionnelle.

Pull-rod F1 suspension
Illustration: Craig Scarborough

En des mots très simples, disons que dans une suspension à poussoir, les mouvements de la roue sont transmis au basculeur par un tige qui agit en poussant. Dans le cas d'une suspension à tirant, comme Ferrari, c'est le contraire et la tige agit en traction.

Avec une suspension à tirants, les basculeurs (qui agissent comme des ressorts et des amortisseurs) sont placés au fond du châssis. Selon Pat Fry, le directeur technique de Ferrari, cette disposition aide à abaisser le centre de gravité de l'avant de la voiture tout en procurant un gain de poids.

Ferrari F1 suspension avant
Comparaison entre la Ferrari 150 de 2010 (suspension à poussoirs) à gauche et la F2012 de cette saison à droite et ses suspensions à tirants.

De plus, comme on le constate sur la F2012, le tirant est placé presque horizontalement, derrière les triangles de suspension, ce qui améliore sans doute l'efficacité aérodynamique.

Dans son blogue technique, le Britannique Craig Scarborough explique que comme c'est le cas avec les triangles, la forme du tirant peut être subtilement modifiée. Ceci permet de contrôler le flux d'air qui provient de l'aileron avant, et ainsi mieux le diriger vers l'arrière de la voiture.

Il ajoute qu'en dépit des apparences, une suspension à tirant est tout aussi efficace pour faire bouger le basculeur pour un déplacement de roue donné. Le facteur le plus important demeure l'angle entre le tirant et le triangle auquel il est fixé plutôt que l'angle entre le tirant et le châssis.