Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Ferrari passe pour la première fois le cap des 10 000 ventes annuelles

Depuis ses débuts à la bourse de New York en 2015, Ferrari a vu ses actions passer de 52 $ à un peu plus de 168 $. Il est clair que l’entreprise déploie des efforts considérables pour satisfaire ses investisseurs, notamment en augmentant sa production et en s’immisçant à l’intérieur de nouveaux segments. On fait bien sûr référence ici au VUS qui doit faire ses débuts pour 2021.

Pendant des années, la production annuelle de la firme a été limitée à 7000 unités par son président d’alors, Luca di Montezemolo. Son successeur, Sergio Marchionne, de même que l’actuel président, John Elkann, ont ouvert les valves, ce qui explique pourquoi Ferrari vient de franchir, pour la première fois de son histoire, la barrière des 10 000 unités vendues lors d’une année donnée.

La firme italienne a annoncé mardi que ses résultats pour 2019 s’étaient élevés à 10 131 unités, soit une hausse de 9,5 % par rapport à l’année précédente. Ces derniers ont généré 4,1 milliards d’euros en recettes et 917 millions d’euros en bénéfice.

Et Ferrari ne compte pas s’arrêter là. Son VUS pourrait devenir l’un des modèles les plus populaires de sa gamme et un produit visant à remplacer le modèle LaFerrari est en préparation.

Auto123 lance Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours.

Ferrari Portofino
Photo : Ferrari
Ferrari Portofino

Tout cela va entraîner des changements de fond, toutefois, car l’entreprise devra faire face à des réglementations beaucoup plus strictes en matière d’émissions maintenant qu’elle vend plus de 10 000 véhicules sur une base annuelle. Ce nombre représente la limite fixée par les normes européennes qui permettent aux constructeurs automobiles d’échapper aux règles plus strictes lorsque leur production est plus limitée.

Par conséquent, Ferrari prévoit introduire beaucoup plus d’hybrides. L’entreprise vient de lancer la solution enfichable SF90 Stradale et vise une gamme électrifiée à 60 % d’ici 2022. Ferrari étudie également d’autres solutions comme l’utilisation de l’hydrogène ou de biocarburants.

Plus de Ferrari sur les routes, personne ne s’en plaindra. Cependant, il ne faut pas s’imaginer qu’on va en retrouver à tous les coins de rue bientôt. La firme italienne cherche toujours à protéger l’exclusivité de certains marchés en limitant la distribution sur certains territoires. Par exemple, en 2019, les ventes ont chuté de 3,3 % sur le continent américain en raison de ce que la boîte décrit comme un « rééquilibrage géographique délibéré ».