Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Ford annonce un plan de restructuration qui prévoit la fermeture de 14 usines

Ford annonce un plan de restructuration qui prévoit la fermeture de 14 usines

Le plan, baptisé «Way Forward», est nécessaire selon le PDG Bill Ford Par ,

Le plan, baptisé «Way Forward», est nécessaire selon le PDG Bill Ford

Ford Motor Company a annoncé lundi la fermeture prochaine de 14 usines en Amérique du Nord, ce qui signifie la perte de 30 000 emplois d'ici 2012. (Photo: Ford Motor Company of Canada)
Tel que prévu, Ford Motor Company a annoncé lundi la fermeture prochaine de 14 usines en Amérique du Nord, ce qui signifie la perte de 30 000 emplois d'ici 2012. Dans le cadre de ce qu'il appelle son plan «Way Forward» (vers l'avant), le constructeur américain supprimera au total 20 % de sa masse ouvrière dans le but de restructurer ses opérations. Ces mesures surviennent après que la part de marché de la compagnie ait chuté de 25 % à 17 % aux États-Unis en seulement 10 ans.

L'usine d'assemblage de Saint-Thomas, en Ontario, verra ses effectifs réduits à l'équivalent d'un quart de travail. Quelque 2300 personnes y travaillent actuellement, mais ce nombre fondra probablement d'un millier. L'usine fabrique la Grand Marquis et la Crown Victoria, deux modèles dont les ventes sont très décevantes malgré leur importance dans les flottes de véhicules. En fait, elles ont diminué de 14 % l'an dernier en Amérique du Nord, passant de 154 843 unités en 2004 à 132 657 unités en 2005. L'usine de Saint-Thomas est capable de produire environ 240 000 véhicules par année, c'est-à-dire près du double de ce qui est vendu. Malgré tout, Ford soutient qu'elle ne renoncera pas à sa promesse d'y investir 200 millions $ pour la modernisation des installations.

Le PDG Bill Ford (au centre), le vice-président exécutif Mark Fields (à gauche) et le chef des opérations Jim Padilla ont été bombardés de questions après l'annonce de leur plan controversé. (Photo: Ford Motor Company of Canada)
«Je partage la colère et la frustration de nos membres de Saint-Thomas, qui ont appris que leur usine allait perdre un quart de travail au cours de la prochaine année», a déclaré le président des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA), Buzz Hargrove. Ce dernier a toutefois ajouté que l'échéance de 2007 «nous donne encore beaucoup de temps pour négocier».

Ford a confirmé par ailleurs la fermeture déjà annoncée d'une usine de fabrication de pièces de moteur à Windsor. L'automne dernier, après des négociations entre Ford et les TCA, la nouvelle de la décision d'y supprimer 1100 emplois d'ici 2008 s'est répandue comme une traînée de poudre.

«Ces coupures sont un ultime recours et je suis profondément conscient de leur impact. Elles affecteront plusieurs vies, plusieurs familles et plusieurs communautés. Nous ferons tout en notre pouvoir pour alléger leur fardeau», a dit Bill Ford. (Photo: Ford Motor Company of Canada)
Hargrove estime que les gouvernements américain et canadien doivent réagir afin d'aider l'industrie automobile, notamment en s'attaquant aux restrictions au niveau de l'importation et de l'exportation. Selon lui, il est injuste que les constructeurs nord-américains soient incapables d'exporter des quantités intéressantes de véhicules à l'extérieur du continent à cause des politiques commerciales protectionnistes des pays asiatiques.

«Nous pourrions être en train d'embaucher comme les Japonais et les Coréens au lieu de jeter des gens à la rue... Un commerce à sens unique n'est pas un commerce équitable et viable», a-t-il lancé.

Sur une note positive, Ford poursuivra son programme «Centenial redevelopment» à Oakville, qui fera de cette installation la pièce maîtresse des activités de fabrication de la société en Amérique du Nord. L'investissement d'un milliard $, complété par les 200 millions $ fournis par les gouvernements libéraux d'Ottawa et de Queen's Park, est essentiel au maintien de la présence de Ford au Canada. Dans une entrevue accordée à Canadian Auto Press, le président de Ford du Canada, William Osborne, a avoué que «Oakville est un exemple éloquent du modèle d'entreprise de Ford. Elle deviendra l'usine la plus flexible; de multiples véhicules différents y seront produits».