Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Hispano-Suiza K6 1937

Hispano-Suiza K6 1937

La Rolls-Royce française Par ,

Un privilège pour les yeux
Ce n’est pas à tous les jours que l’on peut avoir la chance d’observer une voiture aussi unique et exceptionnelle que cette Hispano-Suiza K6 1937, présentée au Concours d’Élégance Le Mirage. Issue de la collection privée Demers, cette voiture, grâce à sa beauté et son état d’origine, a réussi à rafler le plus grand honneur, le Best of Show.


La K6 est, à la base, une voiture qui n’a rien d’ordinaire. Le seul exemplaire encore connu, est celui de la Collection Demers. L’histoire de cette voiture en particulier n’a rien de commun, bien au contraire, elle reflète l’image de la marque dans sa plus pure tradition.

Naître pour les grands de ce monde

Les Hispano-Suiza furent des voitures pour l’élite de la société. Ce dernier exemplaire fut construit en 1937 pour ceux que l’on appelait les Comtes de Paris, la richissime famille Coty de France, grands parfumeurs.

La famille Coty se départit de la voiture après une période indéterminée. La voiture avait acquis le prestige de la haute société française, il ne lui manquait plus que ses lettres de noblesse. L’histoire nous apprend que cette K6 a appartenu à la famille Grosvenor, plus précisément à la Duchesse de Westminster.

Dès lors, il est pratiquement impossible de retracer le reste du parcours de la voiture. L’actuel propriétaire confirme que la voiture est arrivée au Canada par la Colombie-Britannique et qu’elle passa entre les mains d’un certain nombre de collectionneurs avant d’arriver là où elle se trouve actuellement, ce qui semble un secret bien gardé.

De grands hommes, de grandes voitures
Les premiers balbutiements d’Hispano-Suiza commencèrent en 1898 avec le capitaine d’artillerie Émilio de la Cuadra.

Alors que de la Cuadra se trouve à Paris, il rencontre Marc Birkigt, un ingénieur suisse qu’il embauche sur le champ. En Espagne, les deux hommes produisent leur premier engin à essence. Seulement quelques mois plus tard, l’entreprise passe aux mains de J. Castro en 1902 pour devenir la Hispano-Suiza de Automóviles. Malchanceux en affaire, il fit faillite dès 1903.